En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Assange sur la fin des poursuites pour viol: «Je ne pardonne pas, je n’oublie pas»

logo de Le Soir Le Soir 19-05-17 C.TQ (avec AFP)

D étenu pendant 7 ans sans inculpation, pendant que mes enfants grandissent et que mon nom a été calomnié. Je ne pardonne pas, je n’oublie pas  ». Les mots choisis par Julian Assange sont forts pour sa première réaction publique - ici sur son compte Twitter - dans l’affaire du viol présumé sur une Suédoise d’une trentaine d’années.

Le parquet suédois a en effet annoncé ce vendredi qu’il abandonnait ses poursuites pour viol contre le fondateur de WikiLeaks, refermant une saga judiciaire qui durait depuis 2010. Cet épilogue représente une victoire pour l’Australien de 45 ans, qui avait toujours nié les accusations portées contre lui en août 2010.

© Fournis par Le Soir

« Un scandale ! »

Une victoire au goût amer... puisque, peu après l’annonce du parquet, la police britannique a affirmé qu’elle restait «  obligée  » d’arrêter Julian Assange s’il sortait de l’ambassade d’Equateur à Londres où il est réfugié depuis près de 5 ans. « Maintenant que les autorités suédoises ont abandonné leur enquête, M. Assange reste recherché pour un délit bien moins sérieux. La police londonienne fournira des moyens proportionnés à ce délit », indique un communiqué. Assange avait violé en 2012 les conditions de sa liberté sous caution au Royaume-Uni.

De son côté, la plaignante suédoise qui accuse Assange de viol voit l’abandon des poursuites comme « un scandale » et, « choquée », elle maintient ses accusations.

Publicité
Publicité

Le Soir

image beaconimage beaconimage beacon