Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Algérie : nouvelle manifestation pour réclamer la "fin d'un système"

Les rues d'Alger une nouvelle fois noires de monde et des manifestants qui ne désarment pas.Ce vendredi encore, ils étaient des milliers à défiler pacifiquement pour réclamer une véritable transition politique, la fin d'un système. L'agence de presse officielle APS a recensé des cortèges dans 35 des 48 régions du pays, sans incident. L'incarcération cette semaine d'anciens dirigeants, piliers de la présidence Bouteflika n'a pas calmé la contestation en Algérie. Dans la capitale, la foule a défilé aux cris de " Voleurs, vous avez pillé le pays! ", à l'issue d'une semaine marquée par le placement en détention préventive de deux anciens Premiers ministres et proches de M. Bouteflika, Ahmed Ouyahia, 66 ans et Abdelmalek Sellal, 70 ans. La plupart sont soupçonnés d'avoir profité de leurs liens privilégiés avec le chef de l’État ou son entourage pour obtenir des marchés publics ou divers avantages. Les manifestants exigent le départ de tous les anciens fidèles du régime et une présidentielle qui ne soit pas organisée par les caciques du pouvoir. Dans leur collimateur : le président par intérim Bensalah, le Premier ministre Bedoui et le chef d'état-major de l'armée, le général Gaïd Salah. Ce dernier est considéré comme le véritable homme fort de l'Algérie depuis la démission du président Bouteflika. Pour l'heure aucune nouvelle date n'a été fixée pour la tenue d'un scrutin présidentiel. Faute de candidats, l'élection du 4 juillet a été annulée. avec AFP
image beaconimage beaconimage beacon