En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Sur Mastodon, il y a désormais une instance pour à peu près tout et n'importe quoi

logo de Mashable FR Mashable FR 24-04-17

Sept mois après son lancement en octobre 2016, le réseau social décentralisé et open source compte plus de 300 000 utilisateurs, et des centaines d'instances réservées à des publics tantôt large, tantôt très restreint.

Anti-capitalistes, fans de lecture, geeks, ou amateurs de bots... Sur Mastodon, il y en a pour tous les goûts. Le réseau social open source, lancé en octobre, médiatisé et popularisé il y a quelques semaines, ne cesse de voir le nombre de ses utilisateurs augmenter. À l'heure où nous écrivons ces lignes, on en compte 321 943 pour 893 instances. Ces dernières n'étaient que 684, la veille.

VOIR AUSSI : Mastodon se présente en alternative libre à Twitter mais en a-t-il les épaules ?

Rappel pour les non-initiés : une instance est un serveur sur Mastodon, à qui l'on peut attribuer un thème. Formant une communauté, les membres d'une même instance peuvent échanger avec les membres d'une autre instance, toutes rassemblées sous le même réseau, le fediverse. Un utilisateur peut néanmoins choisir de garder privées les publications diffusées dans son instance.

Cette option de confidentialité a finalement encouragé la création d'instances ciblant des publics très spécifiques. Pour preuve, on retrouve ainsi Burners.social, un groupe de participants au festival Burning Man qui a lieu chaque été au Nevada, Bookwitty.social et Memetastic.space, qui s'adressent respectivement aux amoureux de la littérature et à ceux qui veulent "partager et échanger autour des mèmes et des pires blagues"... Ou encore Oulipo.social qui fédère les membres du mouvement international de littéraires et mathématiciens, l'Ouvroir de littérature potentielle, fondé entre autres par Raymond Queneau en 1960.

© MASTODON

Dans un tout autre registre, Mastodon a également attiré quelques plaisantins qui ont lancé les instances Party.personnal.pizza, Botsin.space ouvert aux "bots et à leurs alliés", et même fart.social et son slogan fascinant : "Personne ne devrait péter seul". Sérieusement.

"Une instance n'a pas besoin de fédérer des millions d'internautes pour fonctionner"

Avec ses 47 524 utilisateurs, l'instance principale Mastodon.social demeure la plus grande communauté du réseau social, même si d'autres instances voient leur rangs s'agrandir. Tout l'intérêt de ce fonctionnement par instance réside dans la décentralisation : une instance n'a pas besoin de fédérer des millions d'internautes pour fonctionner, libres à ses membres d'en faire ce qu'ils en souhaitent.

L'instance réservée aux membres de Burning Man s'avérera forcément précieuse pour tout ceux qui souhaitent assister au festival. Là réside l'une des raisons du succès de Mastodon qui, sans forcément prendre une ampleur comparable à celle des autres réseaux sociaux, continuera d'exister pour des centaines de milliers d'internautes.

– Adapté par Majda Abdellah. Retrouvez la version originale sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Mashable

image beaconimage beaconimage beacon