Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Si PSA retourne aux USA, ce n'est pas pour y vendre ses voitures

logo de Challenges Challenges 05-10-17 Eric Bergerolle
Free2Move débarque aux USA, à Seattle © Image © Groupe PSA Free2Move débarque aux USA, à Seattle

L'application Free2Move est le cheval de Troie du Groupe PSA aux USA. Elle rassemble et compare les offres de transports alternatifs, y compris celles que finance son concurrent allemand, Daimler.

Lancée en septembre 2016, l'application Free2Move existe déjà dans sept pays d'Europe : France, Allemagne, Italie, Espagne, Grande-Bretagne, Suède et Autriche. Mais le marché nord-américain devrait très vite assurer l'essentiel du trafic sur cette plate-forme en ligne, à en croire Brigitte Courtehoux, Directrice de la business unit Services Connectés et Mobilité du Groupe PSA.

Le constructeur a choisi la ville de Seattle, dans le nord-ouest des États-Unis pour lancer ce qu'il appelle sa "marque de mobilité". Cette expression permet de rappeler que Free2Move permet d’accéder sur téléphone aux services de partage de véhicules (autos comme vélos) de plusieurs opérateurs, y compris ceux qui émanent de constructeurs automobiles concurrents de Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall.

En agrégeant plusieurs services de mobilité, l'application Free2Move permet aux utilisateurs de comparer l’emplacement, les caractéristiques et le coût de différents moyens de transport. L'objectif est de promouvoir le recours au vélo et à la voiture en libre-service (tel que Car2Go, piloté par Daimler), afin d'inciter le citadin à renoncer à sa voiture personnelle, pour raccourcir son temps de trajet et diminuer l'impact de ses déplacements sur l'environnement.

Les Peugeot et Citroën ne sont pas prêtes d'envahir New-York

Étrange retour, donc, qu'opère le Groupe PSA sur le marché américain. Il n'est prévu d'importer aucune voiture, pas plus les DS, vitrine du luxe à la française, que les Peugeot ou les Citroën. Et certainement pas les Opel ou les Vauxhall, dont les anciennes générations conçues sous l'ère General Motors sont distribuées sous la marque Buick.

Mais voilà la clé : à terme, le Groupe PSA espère bien se servir de l'application Free2Move comme d'un biais pour placer ses futurs modèles d'automobiles. "Lancer Free2Move aux États-Unis est une façon unique de répondre aux préoccupations des consommateurs et de disposer d’une plateforme flexible pour déployer de futurs produits", déclare Larry Dominique, Directeur de l’Entité Amérique du Nord.

En clair, le Groupe PSA ne s'interdit pas d'offrir à la location ses futures voitures à propulsion électrique et à conduite autonome, une manière de mieux les faire connaître du public. C'est dans cet esprit que le constructeur suédois Volvo Cars fournit ses SUV à Uber dans le cadre de ses expérimentations ; que Car2Go fonctionne avec des Smart Fortwo particulièrement bien adaptées au centre-ville.

Le Groupe PSA avait renoncé en septembre 1991 à vendre ses Peugeot aux États-Unis, après l'échec de sa berline 405 pourtant conçue dès l'origine pour se plier aux contraintes réglementaires locales. Citroën, lui, s'était officiellement retiré des USA en 1974. La demande pour les véhicules frappés de la marque au Lion connut son pic en 1986, avec seulement 14.336 voitures livrées. Soit quinze à vingt fois moins que Volvo et Saab, les autres petits poucets européens.

L'Alliance Renault-Nissan est présente sur les marchés d'Amérique du Nord par l'intermédiaire de ses marques Nissan et Infiniti, mais aussi Mitsubishi. 

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Challenges.fr

image beaconimage beaconimage beacon