Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Ces nouvelles addictions

Diapositive 1 sur 10

Brushing et manucure : les nouvelles addictions des femmes ?

Selon Vivian Diller, une psychologue américaine interviewée sur le site du Huffington Post, les rituels de beauté de certaines femmes pourraient être considérés comme des addictions, au sens médical du terme.Alors que ce mot s'applique habituellement à des pathologies sérieuses - liées à la drogue, à l'alcool, à la nourriture, au sexe - la thérapeute affirme qu'il peut aussi être utilisé pour tout ce qui touche au bien-être (coiffure, soins esthétiques, etc), des activités procurant un plaisir auquel on pourrait s'habituer, voire devenir réellement accro."Le fonctionnement est simple, logique et universel", explique-t-elle. "Notre cerveau sécrète de la dopamine, molécule du plaisir, lorsque nous faisons quelque chose d’agréable. On y prend goût, on en veut plus, et lorsque l’on en est privé, on peut vite se retrouver dans un état d’anxiété. C’est le manque (…) c’est ainsi que se crée une dépendance, une addiction".Un raisonnement assez cohérent, quand on pense à l'impact de notre apparence sur notre comportement, notre humeur et notre estime personnelle. Mais contrairement aux autres addictions, la psychologue propose un traitement bien moins radical : « pas besoin de dire non, il suffit simplement de dire oui un peu moins souvent ». Histoire de s'assurer que ce simple moment de plaisir en reste un, et ne grille pas la priorité à ce qui est vraiment important dans la vie.Coralie Pascaud
© Getty Images
image beaconimage beaconimage beacon