Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L’Europe veut une approche commune pour sécuriser les réseaux 5G

Les pays européens entrent sur le marché numérique sans aucune protection commune en matière de cybersécurité. Certains pays de l'UE traitent déjà avec des fournisseurs de pays tiers tels que le chinois Huawei en s'appuyant uniquement sur leurs propres législations. "Il y a beaucoup de discussions à propos de Huawei. Vous avez absolument raison, dans un sens, cela reflète les succès qu'ils ont sur ce marché. Alors, quand l'ambassadeur de Chine me parle de ce sujet, je dis, bon, en fait, nous essayons d'évaluer les risques de ce marché et si vous avez des fournisseurs qui sont importants, ils interviendront dans le débat" , explique Julian King, le commissaire européen à la Sécurité. L'Union européenne veut instaurer une approche commune face aux réseaux 5G. Elle a demandé aux Etats membres de soumettre à Bruxelles des évaluations nationales des risques. 24 États membres ont répondu à la requête. Huawei, l'épine dorsale de la 5G "Huawei est l’une de ces sociétés. Je veux dire qu’elles sont très peu nombreuses et qu’elles sont vraiment à la pointe de la technologie. Et c’est l’épine dorsale du réseau. Ils sont donc des leaders mondiaux dans ce domaine. Et si vous voulez être bons, vous devez utiliser un leader mondial", ajoute Jennifer Baker, journaliste spécialisée en technologie. Huawei a été inscrite sur la liste noire des États-Unis en mai dernier en raison des risques liés à la sécurité nationale. Meng Wanzhou, la fille du directeur de Huawei, a été arrêtée au Canada en décembre dernier à la demande des Américains. Une affaire diplomatique tendue est ouverte entre la Chine, le Canada et les États-Unis.
image beaconimage beaconimage beacon