Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Migration: les 28 en quête de solutions

L'UE n'a toujours pas trouvé de solution commune pour permettre aux bateaux des ONG de débarquer les migrants secourus en mer. Les ministre de l'Intérieur des 28 ont poursuivi les négociations ce jeudi, à Helsinki, pour tenter de parvenir à un accord sur un mécanisme de solidarité, que Paris et Berlin appellent de leurs vœux. Des négociations pour l'instant dans l'impasse. "Il ne s'agit pas de forcer les Etats membres, mais de les convaincre", insiste le commissaire européen chargé des migrations, Dimitris Avramopoulos, "et de penser et d'agir d'une manière européenne. Autrement, [les Etats] feront cavalier seul, avec des solutions nationales qui conduiront toujours à des problèmes majeurs". Les ministres discutent d'une répartition systématique des migrants secourus pour les Etats qui se porteraient volontaires. Une option que Rome refuse d'envisager. Les discussions entre la France, l'Allemagne, Malte et l'Italie restent au point mort. Mais la Finlande veut faire valoir son modèle d'intégration. "[Les migrants] ont chacun leur parcours et n'ont pas les ressources pour trouver un emploi par eux-mêmes", explique Fadumo Barre, conseillère emploi auprès des migrants dans un centre finlandais, "et le principal obstacle, c'est la langue. Parfois, ils se demandent s'ils parlent suffisamment bien la langue pour trouver du travail". Une nouvelle réunion doit se tenir ce lundi à Paris. Objectif : rassembler cette fois les ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur d'une "quinzaine de pays" de l'Union.
image beaconimage beaconimage beacon