Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La Corse, une belle de mer

logo de Petit Futé Petit Futé 01-10-18 Baptiste THARREAU

La Corse est une mosaïque de paysages naturels aussi multiples que contrastés : lacs d'altitude frangés de pins, montagnes, canyons granitiques, criques de sable fin bordées d'eaux cristallines, maquis impénétrables, falaises de porphyre rouge et de calcaire blanc ou encore patrimoine et coutumes ancestrales, sans oublier une gastronomie riche en toute saison. Bastia est un musée à ciel ouvert. Dès le XVIe siècle, des édifices religieux et conventuels émergent au coeur des rues escarpées. La superbe place Saint-Nicolas est l'une des plus vastes d'Europe. Le Vieux-Port est un passage obligé. On grimpe ensuite à la Citadelle pour profiter d'un beau panorama, surtout au soleil levant. Le musée de Bastia, situé sur un éperon rocheux dans le palais des Gouverneurs, offre lui aussi une vue spectaculaire. Mais Bastia est surtout un point de départ vers le Cap Corse. On s'engage vers le nord sur une route sinueuse aux paysages superbes et variés. Entre les Marines de Sisco et Macinaggio la côte est formée de petites échancrures où l'eau est magnifique. On se gare au bord de la route et on suit les petits sentiers à travers le maquis qui mènent à la mer.

Cap Corse, la perle du nord

Quand on arrive à Barcaggio, à la pointe du Cap Corse, on a l'impression d'être au bout du monde. Le petit port de Centuri est une marine aux maisons couleur pastel, pleines de charme. Pour les gourmands, le village s'est fait une spécialité de la pêche à la langouste ! Le retour vers le sud s'effectue par la haute corniche de la côte Ouest. On passe par Nonza, l'un des plus beaux villages de l'île, perché sur un éperon rocheux. sa plage de sable gris foncé est atypique et la vue depuis la tour Paoline, au sommet du village, est tout simplement vertigineuse. La descente est progressive vers le golfe de Saint-Florent, station à la mode avec son important port de plaisance. La route parcourt ensuite le célèbre vignoble de Patrimonio qui bénéficie d'un terroir à l'environnement exceptionnel. Les villages aux alentours abritent plu- sieurs domaines où il est possible de déguster la production locale.

Seuls au monde

L'aventure se poursuit vers l'ouest. L'étonnant désert des Agriates est bordé de plages magnifiques accessibles souvent à pied, en bateau depuis Saint-Florent (plage du Lotu), en 4x4 (plages de la Saleccia ou de Ghignu) ou en véhicule tout-terrain (plage de malfalco). La plage de l'Ostricoli est classée Grand site pittoresque...

On longe ensuite la côte jusqu'à L'Île-Rousse pour arriver à Calvi. On y admire la citadelle génoise, les ruelles pavées, le port... On s'attable en bord de mer pour déguster d'excellents poissons et fruits de mer. Par le circuit touristique des vieux villages de Balagne ou par la route des artisans on rejoint la douceur de vivre des balcons fertiles de la Balagne. À Lunghignano, la visite du moulin à huile U Fragnu est accompagnée d'une dégustation d'huile d'olive fabriquée à l'ancienne. La région propose ses produits du terroir : vin (autour de Calvi), huiles d'olive labélisées, croquants de San'Antonio...

On poursuit la route en longeant la côte pour atteindre la réserve de Scandola et les calanques de Piana. Côté nature, mérous et poissons multicolores sont au programme des fonds marins de ce site incroyable inscrit au patrimoine de l'Unesco.

Par la D84, on rejoint ensuite Corte, centre historique au coeur du parc naturel régional. Cette ville universitaire a conservé de nombreux monuments : l'église de l'Annonciation à la décoration intérieure raffinée et la citadelle édifiée au XVe siècle avec son nid d'aigle d'où l'on domine toute la ville. elle abrite le musée de la Corse, un musée régional d'anthropologie. Depuis le Belvédère la vue est panoramique sur les gorges de la Restonica et du Tavignanu, idéales pour les randonneurs. Cette région de bergers produit de délicieuses spécialités : fromages de chèvre et de brebis du Venachese, brocciu de Corte, charcuterie du Niolu, produits à base de châtaignes du Boziu, miel AOC d'Ascu, etc... Les restaurants servent également des truites, des soupes corses, du sanglier en sauce...

Ajaccio, la cité napoléonienne

Descente vers Ajaccio par la N193. La ville est réputée pour sa citadelle d'où l'on admire la pureté de son rivage, l'un des plus beaux au monde. Mais à certaines heures circuler en voiture que ce soit par la rocade ou par le bord de mer relève du parcours du combattant. Stationner est également un casse-tête car les places sont rares, surtout en journée, et payantes. On peut toujours adopter la méthode ajaccienne: se garer en double voire triple file à nos risques et périls. Une fois la voiture casée, on " fait " la rue Fesch, piétonne et très commerçante. On y visite la Chapelle impériale et le musée éponyme, conçus par le cardinal Fesch, oncle de Napoléon Ier. Il présente une importante collection de 16 000 primitifs italiens dont la fameuse Vierge à l'Enfant de Botticelli.

C'est dans l'actuel musée de la maison-Bonaparte que l'empereur passa une partie de son enfance. Au premier étage, les appartements sont meublés comme à l'époque et au deuxième l'histoire de la Corse est retracée à travers des objets, des portraits, etc... La pointe de La Parata, à quelques kilomètres à l'ouest d'Ajaccio, offre en toile de fond le majestueux décor des Îles sanguinaires. Ces quatre îlots, rouges ou noirs en fonction de la météo, sont incontournables, surtout au soleil couchant. On y part du port Tino Rossi puis on revient après des arrêts baignade et photos par la rive nord avec la terre sacrée, la maison de Tino Rossi, le cimetière marin, la chapelle des Grecs et la citadelle. Les vins AOC de Sartène le long de la route des Vins et les différents crus d'huile d'olive dans les nombreux moulins de la région sont à découvrir.

Une terre de caractère

On peut rejoindre la côte est en passant par l'intérieur via Zonza afin d'aller admirer les aiguilles de Bavella, un grand massif aux formes délirantes et au paysage sublime. Une piste balisée fait le tour du col de Bavella et un autre sentier permet d'arriver en une heure au trou de la Bombe, un impressionnant trou de 8 mètres, creusé par l'érosion dans la montagne, avec dessous un vide de 500 mètres.

Direction Solenzara, une petite station balnéaire de sable fin assez tranquille, puis la côte des nacres qui offre des paysages magnifiques pour atteindre Porto Vecchio dans son golfe. La ville et sa marine sont dominées par des fortifications génoises mais la visite ne s'impose que pour le shopping et la vie nocturne. Au sud, on découvre un immense banc de sable blanc coupé de pointes rocheuses et bordé de pins parasols, ce sont les plages de Palombaggia et de Santa Giulia, deux véritables perles avec leurs eaux de lagon polynésien, entourées de porphyre rose. Seul inconvénient en pleine saison : il est difficile de s'y garer - sauf très tôt le matin - et surtout d'en repartir vers 18 heures ou 19 heures car la route très étroite est fort encombrée.

Par la N198, on rejoint Bonifacio, une ville fortifiée perchée sur des falaises de calcaire blanc. Ses maisons, construites à même la falaise, bénéficient d'un superbe panorama sur les bouches de Bonifacio. Le matin on se promène sur le port aménagé dans une anse profonde, l'après-midi séance de gymnastique en descendant puis en remontant les 187 marches de l'escalier du roi d'Aragon creusées à flanc de falaise, le soir on dîne dans les ruelles de la ville haute. Depuis Bonifacio on embarque pour une journée vers les Îles Lavezzi, des réserves naturelles aux fonds marins exceptionnels mais sans plages de sable, sans ombre, sans points d'eau ou de restauration... en remontant à Bastia, on prend le temps de jeter un coup d'oeil aux vestiges romains de Mariana et à la lagune, le long de la réserve naturelle de l'étang de Biguglia, le plus grand de Corse.

Infos futées

Quand ? Toute l'année mais de préférence de mai à octobre pour profiter de la baignade en mer ou en rivière. Au printemps et à l'automne, côté montagne, on pratique la randonnée notamment sur le célèbre GR20, le canyoning sur les rivières impétueuses . L'hiver on peut skier.

S'y rendre. En avion ou en voiture ou en train puis en bateau.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Petitfute.com

image beaconimage beaconimage beacon