Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Dès mardi, les Français pourront aller au bar et au resto

logo de Radio-Canada.ca Radio-Canada.ca 2020-05-28 CBC/Radio-Canada

À compter du 2 juin, les Français pourront recommencer à se rendre dans les restaurants et les cafés. © Yanik Dumont Baron/Radio-Canada À compter du 2 juin, les Français pourront recommencer à se rendre dans les restaurants et les cafés.

Après des semaines de confinement et le deuil de plus de 28 000 personnes emportées par la pandémie, les Français pourront reprendre un semblant de vie normale le 2 juin prochain avec la réouverture des restaurants, cafés et bars et la liberté de circuler librement sur le territoire.

«La liberté, enfin, va redevenir la règle et l'interdiction constituera l'exception», a déclaré jeudi le premier ministre d'Édouard Philippe à ses compatriotes en présentant la phase 2 du plan qui doit mettre graduellement un terme aux mesures de confinement du pays décrétées le 17 mars dernier.

Dès mardi prochain donc, les Français pourront se déplacer dans un rayon de plus de 100 kilomètres autour de leur demeure. La mesure était en vigueur depuis le 11 mai.

Avec la liberté de se déplacer viendra celle d’aller tout bonnement manger un morceau ou boire un verre au café du coin. Un privilège auquel n’avaient plus droit les Français depuis presque trois mois.

Mais la clientèle avide de vie sociale devra observer des règles strictes de distanciation et adopter des comportements sanitaires adéquats pour éviter de nouvelles éclosions de coronavirus.

Seules 10 personnes maximum pourront être assises à la même table à une distance d’au moins un mètre d'une autre table. Le personnel devra quant à lui porter un masque. Les clients devront aussi en porter un lorsqu’ils se déplaceront dans l’établissement.

Dans la région de Paris, toutefois, seules les terrasses auront le droit de rouvrir pour le moment.

Plusieurs étapes en juin

Dans les lieux publics, les rassemblements demeureront limités à 10 personnes maximum et le port du masque sera fortement recommandé.

Pour ce qui est des écoles, elles rouvriront aussi leurs portes à compter du 2 juin sur l’ensemble du territoire français. Les musées et monuments feront également de même, mais le port du masque y sera cependant obligatoire.

Plusieurs propriétaires d'établissements se demandent si les clients seront au rendez-vous. © Yanik Dumont Baron/Radio-Canada Plusieurs propriétaires d'établissements se demandent si les clients seront au rendez-vous.

Les événements sportifs publics demeureront interdits au moins jusqu’au 21 juin.

Les frontières devraient quant à elles rouvrir à compter du 15 juin sans quarantaine nécessaire pour les voyageurs. L'aéroport d'Orly, à Paris, doit recommencer à accueillir des vols à compter du 26 juin.

Mais est-ce que ces mesures seront suffisantes pour ramener en tout ou en partie les millions de touristes qui visitent la France chaque année? Cette question, beaucoup de commerçants français se la posent en ce moment.

Incertitudes et casse-tête pour les commerçants

Au restaurant La Gourmandise, une centaine de personnes peuvent d'ordinaire manger à la terrasse. Les propriétaires comptent bien rouvrir début juin, mais avec la moitié moins d'espace en raison des règles de distanciation.

«La préoccupation, explique l'un des propriétaires, Jérémie Cortes, c'est : "Est-ce que les gens vont avoir envie de retourner au restaurant?"

Anne Deborde, co-propriétaire du restaurant Silex et Fourchette à Toulouse n'est pas certaine quant à elle de pouvoir tenir longtemps avec les règles de distanciation imposées par le gouvernement.

Anne Deborde est co-propriétaire du restaurant Silex et Fourchette, à Toulouse. © Yanik Dumont Baron/Radio-Canada Anne Deborde est co-propriétaire du restaurant Silex et Fourchette, à Toulouse.

Anne Goupil, propriétaire du restaurant Simple, aussi à Toulouse, réfléchit quant à elle à la possibilité d’imposer un temps limite sur sa terrasse, afin de pouvoir accueillir plus de clients dans une journée.

À toutes ces inquiétudes s’ajoute le spectre d’un déficit financier colossal dans les coffres de l’État et d'une récession historique à laquelle Édouard Philippe demande à ses compatriotes de se préparer.

L'économie française tournerait actuellement à environ quatre cinquièmes de son niveau d'avant crise, contre deux tiers pendant le confinement, selon l'Institut national de la statistique.

Propos recueillis par Yanik Dumont-Baron

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon