Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Des soldats se rebellent dans la deuxième plus grande ville du Venezuela

logo de ici.radio-canada.caici.radio-canada.ca 2017-08-06 avec Reuters, Agence France-Presse et El diaro
Des soldats se rebellent dans la deuxième plus grande ville du Venezuela © FA Anticommunista Des soldats se rebellent dans la deuxième plus grande ville du Venezuela

Dans une vidéo mise en ligne dimanche, un groupe de militaires de la Brigade blindée 41 de la Ville de Valencia affirme avoir lancé un soulèvement au Venezuela afin de rétablir la démocratie dans le pays.

« Ceci n'est pas un coup d'État, c'est une action civique et militaire pour rétablir l'ordre constitutionnel », déclare l'un des hommes à la caméra, qui s'identifie comme le capitaine Juan Caguaripano.

Il ajoute que toute unité refusant de prendre part à leur rébellion pourrait être la cible d'une attaque militaire.

Les médias locaux n'ont pas encore confirmé s'il s'agit de toute la brigade ou seulement d'une partie de ses membres.

Le numéro deux du Parti socialiste au pouvoir, Diosdado Cabello, a fait état d'une « attaque terroriste à Valencia », avant d'ajouter un peu plus tard que la situation était sous le contrôle des autorités.

« À l'aube, des assaillants terroristes sont entrés dans le Fort Paramacay à Valencia, s'attaquant à nos forces armées. Plusieurs terroristes détenus », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Des tirs d'armes à feu ont aussi été entendus par les résidents durant la nuit.

Située à 170 km à l'ouest de Caracas, la capitale, Valencia est la deuxième plus grande ville du pays.

Maduro perd du soutien militaire

L'opposition espère depuis longtemps rallier dans son camp les forces armées, dans le but d'organiser une élection présidentielle anticipée.

Lors d'un référendum symbolique organisé par l'opposition, la population s'était d'ailleurs prononcée en faveur d’une intervention de l’armée pour défendre la Constitution et l’Assemblée nationale actuelle, où l’opposition est majoritaire.

En première ligne depuis des mois pour réprimer les contestations antigouvernementales, l'armée vénézuélienne commence depuis quelques jours à montrer des signes de fatigue et à remettre en doute la fidélité qu'elle voue au président Nicolas Maduro.

Les tensions politiques et sociales qui déchirent le Venezuela depuis quatre mois avec des manifestations quasi quotidiennes contre le président et son Assemblée constituante, élue le 30 juillet lors d'un vote assombri par les violences et les allégations de fraude électorale, se sont encore accentuées samedi après le limogeage de la procureure générale, Luisa Ortega.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon