Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

JO-2024: la candidature de Budapest vacille

logo de AFPAFP il y a 4 jours
Les cartons des 260.000 signatures contre Budapest-2024 sont exhibés par Andras Fekete-Gyor (Momentum), le 17 février 2017 © Fournis par AFP Les cartons des 260.000 signatures contre Budapest-2024 sont exhibés par Andras Fekete-Gyor (Momentum), le 17 février 2017

Après Hambourg et Rome, Budapest? La capitale hongroise a évoqué vendredi un possible retrait de la course à l'organisation des JO-2024, face au large succès d'une pétition contre sa candidature, à sept mois de la désignation de la ville lauréate par le CIO.

Petit Poucet face aux poids lourds Paris et Los Angeles, les deux autres villes candidates encore en lice, Budapest a joué la carte d'une candidature "modeste" et "à taille humaine", avec un budget d'investissements spécifiques limité à 2,4 milliards d'euros.

Sans toutefois convaincre tous ses habitants: lancée il y a un mois par un mouvement de jeunes opposants, Momentum, une pétition pour l'organisation d'un référendum anti-JO a recueilli 266.151 signatures, soit près de deux fois le quorum nécessaire, a annoncé ce collectif vendredi.

Le maire de Budapest, Istvan Tarlos, membre du parti conservateur au pouvoir, n'a pas exclu de présenter dès mercredi au conseil municipal une délibération retirant la candidature de la capitale hongroise, après consultation du Premier ministre Viktor Orban et du président du Comité olympique national.

Plus tôt dans la journée, la mine grave, M. Tarlos avait expliqué qu'il "refuse(rait) d'ignorer la volonté du peuple". "S'il s'avère qu'un nombre suffisant de Budapestois ont signé pour un référendum, j'envisagerai sérieusement un retrait de la candidature", a-t-il déclaré.

- Message pour Orban -

La question proposée par la fronde anti-JO est la suivante: "Etes-vous d'accord avec l'idée que la municipalité de Budapest retire sa candidature à l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques en 2024?"

Si la ville ne retire pas sa candidature, le Comité électoral de la capitale a désormais 45 jours pour vérifier la validité des signatures collectées et confirmer le cas échéant que le seuil minimum de 138.000 paraphes, soit 10% du corps électoral de Budapest, est bien atteint pour organiser un référendum.

Un telle consultation ne pourrait en tout état de cause pas être organisée avant mai.

Rassemblant de jeune militants, Momentum a dénoncé le coût du projet olympique et demandé davantage de moyens pour la santé et l'éducation.

Il a aussi insisté sur les risques de "corruption" impliqués par les sommes en jeu, touchant une corde sensible dans l'opinion publique. La Hongrie est l'un des pays de l'UE où le sentiment de corruption est le plus élevé, selon Transparency International.

Soutenue par Viktor Orban, la candidature de la capitale hongroise a de façon plus générale cristallisé tous les mécontentements contre ce dirigeant, qui domine la scène politique depuis 2010 et s'est fréquemment illustré par des attaques contre la société civile.

L'opposition de gauche s'est ainsi massivement mobilisée pour la collecte de signatures. Pour Andras Fekete-Gyor, responsable de Momentum, le succès de la pétition "est un message pour le Fidesz (le parti de M. Orban, ndlr) et pour Tarlos: c'est une erreur de ne pas avoir consulté les gens à propos des JO".

Les villes allemandes de Hambourg et Kiel avaient renoncé à leur candidature commune aux JO-2024 à la suite d'un référendum en décembre 2015. Rome avait également jeté l'éponge en septembre dernier, après un changement de majorité municipale.

- Cinq tentatives -

A Paris, les écologistes avaient demandé l'organisation d'un référendum, émettant des réserves sur les coûts et évoquant "l'incertitude sur les nuisances". Mais sans toutefois créer de dynamique autour de cette suggestion.

Interrogé par l'AFP, Etienne Thobois, directeur général du comité de candidature de Paris-2024, s'est déclaré "tourné vers la victoire" de la capitale française, refusant de commenter les propos du maire de Budapest.

Déjà en lice à cinq reprises - y compris pour les premiers Jeux de l'ère moderne, en 1896 -, la Hongrie a vu toutes ses candidatures échouer, Moscou étant la seule ville d'Europe orientale a avoir décroché l'organisation des JO d'été, en 1980.

La Hongrie (9,9 millions d'habitants) figure au 8e rang des pays en termes de palmarès olympique, avec 168 médailles d'or, 148 d'argent et 170 de bronze.

Budapest a fait valoir que sa candidature s'inscrivait dans l'esprit de l'Agenda 2020 du Comité international olympique (CIO), visant à lutter contre l'inflation des coûts.

Le nom de la ville-hôte des JO-2024 sera dévoilé le 13 septembre à Lima par le CIO.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon