Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les fonctionnaires fédéraux mal à l’aise d’utiliser le français au bureau

Une « insécurité linguistique » plombe l’usage du français dans les bureaux fédéraux de Montréal, d’Ottawa et de Gatineau. C’est ce que révèle un sondage du Commissaire aux langues officielles du Canada. Pas moins de 44 % des fonctionnaires francophones sont mal à l’aise d’utiliser leur langue première dans les bureaux bilingues sondés de la région de la capitale fédérale. Le malaise perdure ailleurs en Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick, selon l’enquête d’opinion publiée vendredi. « L’insécurité linguistique en français langue première et en français langue seconde est un défi important dans toutes les régions étudiées, principalement en ce qui a trait à l’expression orale, mais aussi à l’écriture et à la demande de supervision dans cette langue », note le rapport. Les répondants sont souvent préoccupés par les inconvénients causés aux autres, craignant par exemple l’effort supplémentaire demandé aux collègues et la crainte d’être jugés. Certains craignent aussi de ne pas être bien compris par leur supérieur. La haute direction, note-t-on, ne leur demande que très peu de produire des documents en français. Pourtant, un grand nombre de fonctionnaires, y compris les anglophones, aimerait travailler plus souvent en français.
image beaconimage beaconimage beacon