Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les groupes de médecine de famille devront donner plus de rendez-vous aux patients orphelins

Le ministère de la Santé et des Services sociaux veut offrir aux patients orphelins un meilleur accès aux médecins de famille. Dans un document que Le Devoir a obtenu, il demande aux groupes de médecine de famille (GMF) de suivre cette clientèle en rendant « disponible, annuellement, un nombre de rendez-vous équivalent à 20 % de [leur] nombre de patients inscrits ». Des médecins jugent cette cible irréaliste. « Si on doit réserver ces plages pour des patients orphelins, ça veut dire que ces patients vont être pris en priorité et que nos propres patients inscrits devront aller consulter à l’urgence ou dans d’autres cliniques. Ce qui est un peu aberrant et ne fait pas de sens », dit le Dr Vincent Demers, directeur médical du GMF Neufchâtel, situé à Québec. Dans la communauté médicale, le « Plan de transition pour les groupes de médecine de famille (GMF), les groupes de médecine de famille réseau (GMF-R) et les groupes de médecine de famille universitaire (GMF-U) pour la période du 1er avril 2021 au 31 mars 2022 » suscite beaucoup de réactions. La Dre Karine Benoit, qui pratique notamment au GMF du Suroît, situé à Salaberry-de-Valleyfield, souhaite que le gouvernement revoie à la baisse cette cible de 20 %. Environ 15 000 patients sont inscrits à sa clinique, qui regroupe 11 médecins. Pour respecter ses nouvelles obligations, le GMF devra offrir 3000 plages de rendez-vous à des patients orphelins.

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

image beaconimage beaconimage beacon