Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le Canada serait vulnérable à l'argent sale et au blanchiment d'argent

logo de La Presse canadienneLa Presse canadienne 2020-05-29 Amy Smart
© zest4living

VANCOUVER — Un officier supérieur de la police du Royaume-Uni spécialisé dans le blanchiment d'argent a déclaré que les «opérations bancaires clandestines» liées à la Chine étaient devenues une menace importante au Royaume-Uni et il croit que le Canada partage certaines des mêmes vulnérabilités.

Simon Lord de la National Crime Agency, qui fait également partie d'un groupe de l'alliance «Five Eyes» dédié aux contrôles internationaux du blanchiment d'argent, a témoigné jeudi dans le cadre d'une enquête publique sur le blanchiment d'argent en Colombie-Britannique.

Le blanchiment d'argent est semblable dans des pays comme le Canada et le Royaume-Uni parce qu'ils ont des cadres juridiques et économiques similaires, a-t-il déclaré.

Les deux pays attirent des investissements légitimes parce qu'ils ont un système financier développé et des liens commerciaux dans le reste du monde, mais ces aspects attirent également et souvent «l'argent sale», selon lui.

Toutefois, Simon Lord ne va pas jusqu'à dire que le Canada est plus vulnérable au blanchiment d'argent que d'autres grands pays occidentaux.

Il a déclaré que, de manière générale, le Canada est «plutôt bien géré» en faisant référence à un examen effectué en 2016 par le Financial Action Task Force, une organisation internationale fondée pour lutter contre le blanchiment d'argent.

Mais cette organisation a constaté certaines lacunes dans la réglementation.

Selon Simon Lord, il y a des liens entre les produits du crime au Royaume-Uni et la fuite de capitaux en Chine, a-t-il déclaré.

Les enquêteurs ont commencé à remarquer le problème au Royaume-Uni vers 2015 et Simon Lord a estimé qu'il représentait «des centaines de millions, voire des milliards» de livres sterling.

Certaines de ces arnaques, comme celles qui concernent l'immobilier, se produisent dans les grandes villes du monde, y compris Vancouver et Auckland (en Nouvelle-Zélande), a-t-il déclaré.

Selon le modèle, les banquiers clandestins aident les riches citoyens chinois à sortir leur argent de la République populaire de Chine, qui limite les exportations annuelles de fonds par personne à 50 000 $ US et restreint la façon dont ces fonds sont dépensés, en interdisant notamment d'acheter des propriétés, a-t-il déclaré.

Simon Lord a répété à plusieurs reprises que tous ceux qui utilisent un soi-disant «système de transfert de valeur informel» ne sont pas nécessairement criminels et il ne lie pas ce problème aux membres de la communauté chinoise du Royaume-Uni au sens large. Le transfert de plus de 50 000 $ hors du pays ne serait pas non plus considéré comme un crime au Royaume-Uni, a-t-il noté.

Selon l'officier, des banquiers clandestins reçoivent de l'argent de citoyens chinois qui cherchent à transférer des fonds et versent en retour des fonds provenant de criminels, qui ne sont pas nécessairement chinois.

Selon le modèle, le citoyen chinois qui souhaite transférer de l'argent hors du pays effectue un paiement sur un compte bancaire en Chine géré par le banquier clandestin, a déclaré Simon Lord.

Il reçoit ensuite les fonds équivalents dans une banque britannique. Ce compte est alimenté par de l'argent en espèces collecté par le banquier auprès de criminels britanniques.

À leur tour, les criminels veulent généralement déplacer leur argent hors du pays, par exemple, pour acheter de la cocaïne en Amérique du Sud. Ainsi, le banquier effectue un paiement équivalent moins une commission en Amérique du Sud au nom du criminel.

Le système se «développe en raison de conditions locales» et les criminels abusent de ces conditions a déclaré Simon Lord.

Des banquiers clandestins ont également recruté des «candidats», y compris des étudiants, pour utiliser leurs comptes bancaires pour les transferts en échange de commissions d'environ 2 000 à 3 000 livres sterling par mois, a-t-il déclaré.

L'officier Lord a également averti qu'il y avait des conséquences à être perçu comme un pays vulnérable au blanchiment d'argent.

«Dès que vous êtes considéré comme un mauvais endroit pour faire des affaires, si vos structures réglementaires ne sont pas en place, s'il y a beaucoup de façons dont votre pays peut être abusé, alors les gens ne veulent tout simplement pas mettre leur argent chez vous», a-t-il indiqué.

Lorsque cela se produit, les transferts de fonds baissent, le coût de l'emprunt augmente et le montant d'argent disponible pour les services publics diminue, a-t-il déclaré.

«Il est vraiment impératif que les pays maîtrisent ce type de choses, car ils peuvent en subir toutes sortes d'effets négatifs.»

La Colombie-Britannique a lancé l’enquête en raison d'inquiétudes que de l’argent illégal contribue de plus en plus à alimenter ses secteurs de l’immobilier, des voitures de luxe et des jeux de hasard.

Le gouvernement fédéral y participe également et se dit résolu à s'attaquer au problème qui serait national.

Les déclarations liminaires ont été entendues en février et l'enquête se penchera sur des secteurs spécifiques à partir de septembre.

L'enquête s'intéresse au blanchiment d'argent et aux différents modèles réglementaires conçus pour le combattre dans le monde entier.

Publicité

Plus sur La Presse canadienne

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon