Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Un Québécois voit sa vie être changée par une greffe du visage

logo de HuffPost Québec HuffPost Québec 2018-09-12 Christian Labarre-Dufresne
Bloc opératoire © Getty Images Bloc opératoire

Une équipe de chirurgiens a changé la vie d'un patient en effectuant avec succès la première greffe faciale au Canada.

Le Dr Daniel Borsuk et son équipe ont pratiqué une intervention chirurgicale de 30 heures à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont pour greffer un nouveau visage à Maurice Desjardins, un Gatinois de 64 ans.

Ce dernier vivait depuis sept ans avec une souffrance et des douleurs constantes depuis un accident de chasse où il avait été atteint au visage par un tir accidentel.

Le plasticien Borsuk et près de 100 spécialistes ont donc implanté deux mâchoires, un ensemble de muscles, des nerfs, des dents et de la peau à celui qui est devenu le greffé du visage le plus âgé au monde.

La procédure a été réalisée au mois de mai. Quatre mois plus tard, M. Desjardins se porte bien et a retrouvé pleinement l'usage de la mastication et de la respiration.

«Comme chirurgien plastique, je sais que, qu'elles soient petites ou grandes, les blessures physiques au visage revêtent un aspect particulièrement symbolique et étroitement lié à l'identité. Dans le cas de ce patient, le bénéfice de l'opération est tout particulièrement immense et inestimable», a déclaré le Dr Borsuk par voie de communiqué.

Le patient avait de la difficulté à respirer, dormir, manger et parler en raison de son accident qui l'avait défiguré. Il s'était aussi isolé en raison de sa défiguration qui attirait les regards en public.

M. Desjardins a bien voulu qu'on raconte son histoire, mais il ne se sent pas encore prêt à donner des entrevues aux médias étant donné que son visage est encore paralysé.

Des années de préparation

Lorsque le Dr Borsuk a pour la première fois approché son patient pour lui évoquer la possibilité de cette procédure, ce dernier n'a jamais hésité.

«J'ai dit: "Enwoye fort! Ça fait longtemps que j'attends ça. La peau d'un autre, les dents d'un autre... ça ne me dérange pas pantoute. Je me fous du visage que je vais avoir, d'abord que ça correspond [à l'image] des autres"», a affirmé M. Desjardins dans une entrevue à Radio-Canada.

Les chirurgiens ont dû s'entraîner sur des cadavres pour peaufiner les techniques utilisées pour cette greffe qui n'a été effectuée qu'une quarantaine de fois dans le monde.

Après des examens approfondis pour vérifier que le patient était prêt tant physiquement que psychologiquement pour cette intervention, ne restait plus qu'à attendre un donneur.

Étant donné qu'il s'agissait d'une première au Québec et au Canada, Transplant Québec a mis au point une procédure spéciale. Au printemps 2018, un donneur compatible a été trouvé et le processus s'est mis en branle pour commencer la chirurgie.

«Nous tenons à souligner le geste de la famille du donneur qui a fait preuve d'une grande bienveillance en acceptant qu'un être cher fasse don de son visage en plus de ses organes», a louangé Louis Beaulieu, directeur général de Transplant Québec.

Grâce à la générosité du donneur et de sa famille et de cet exploit médical et scientifique, Maurice Desjardins peut maintenant reprendre une vie plus normale. L'adaptation n'est toutefois pas terminée. Il a encore de la difficulté à parler et à fermer complètement la bouche et il devra prendre pour le restant de ses jours des médicaments antirejet qui ont des effets secondaires sur sa santé.

***L'émission Découverte présentera un documentaire sur cette greffe du visage, le 16 septembre prochain, à 18h30, sur les ondes de Radio-Canada. Il sera également diffusé à RDI à 20 h.

MSN vous suggère aussi : 

Des fines herbes pour le don d'organe

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

(Vidéo par Radio-Canada.ca)

Publicité

Plus sur HuffPost Québec

HuffPost Québec
HuffPost Québec
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon