Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'exoplanète la plus proche de la Terre serait « habitable »

logo de Radio-Canada.ca Radio-Canada.ca 2018-09-12 Alain Labelle

Proxima Centauri b, une exoplanète située dans notre voisinage galactique, soit à 4,2 années-lumière de la Terre, contiendrait d'énormes zones d'eau liquide à sa surface, ce qui augmente les possibilités qu'elle abrite des organismes vivants.

L'exoplanète la plus proche de la Terre serait « habitable » © ESO L'exoplanète la plus proche de la Terre serait « habitable »

Un texte d'Alain Labelle

L’astrophysicien Anthony Del Genio et ses collègues de l’Institut Goddard d’études spatiales, aux États-Unis, ont réalisé les premières simulations climatiques tridimensionnelles de la planète, des modèles semblables à ceux utilisés pour étudier les changements climatiques sur Terre.

Ils estiment que Proxima b abriterait une plus grande surface d’eau liquide que ce que l'on pensait jusqu'ici. C’est que la température de cette eau pourrait être plus froide que ce qui était estimé, en raison de la circulation océanique, des écarts de température et de la salinité de l’eau, qui abaissent son point de congélation.

La principale information qui ressort de nos simulations est qu'il y a de bonnes chances que la planète soit habitable.

Anthony Del Genio, Institut Goddard

Il faut savoir qu’une planète est considérée comme habitable lorsqu’elle se trouve à une distance de son étoile qui lui permet de recevoir suffisamment de lumière pour maintenir sa surface – ou une partie de sa surface – au-dessus de la température de gel de l'eau.

Comme elle se trouve très proche de son étoile, il est probable qu'elle lui présente toujours la même face en raison des forces gravitationnelles, un peu comme la Lune montre toujours le même côté à la Terre.

En 2016, d’autres modélisations informatiques tendaient à montrer que la composition chimique de son atmosphère ressemblait à celle de la Terre, et qu'elle possédait une atmosphère primitive constituée d'azote et de gaz carbonique.

Ces travaux montraient que l'hémisphère de l'exoplanète faisant face à son étoile pourrait être très chaud, tandis qu'un océan gelé se trouverait dans l’hémisphère faisant face à l'espace. Ainsi, seul un cercle d’eau chaude pourrait y exister.

Toutefois, les simulations actuelles, plus complètes que les précédentes, laissent à penser qu’un océan beaucoup plus dynamique s’y trouverait et serait capable de transférer efficacement la chaleur d'un côté à l'autre de l'exoplanète.

Même si le côté sombre ne voit jamais la lumière, il y existerait quand même une bande d'eau liquide, qui se maintiendrait autour de la région équatoriale.

Anthony Del Genio

Le détail de cette étude est publié dans le journal Astrobiology (en anglais).

En raison de sa proximité, l'objet céleste pourrait devenir la première planète hors de notre Système solaire à recevoir la visite d'une sonde humaine.

Des percées technologiques devront cependant être réalisées pour qu'on y arrive, puisqu’une sonde utilisant la technologie actuelle prendrait des milliers d'années pour y parvenir.

Proxima b se trouve quand même à plus de 40 000 milliards de kilomètres de la Terre.

MSN vous suggère aussi :

À la découverte de TESS, le satellite qui détecte les exoplanètes

Relire la vidéo

(Vidéo par FranceInfo)

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon