Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Un « œil bionique » implanté pour la première fois au Québec

logo de Radio-Canada.ca Radio-Canada.ca 2017-08-25 Valérie Boisclair

Une femme souffrant d'une maladie dégénérative de la rétine est devenue la première Québécoise à se faire implanter un « œil bionique », une prothèse qui lui permet aujourd'hui de recouvrer une partie de sa vision perdue et de voir, pour la première fois, son petit garçon.

Un texte de Valérie Boisclair

Sandra Cassell fait partie des quelque 3000 Québécois à être atteints d’une rétinite pigmentaire, une forme fréquente de la dystrophie rétinienne. Chez certains patients, la vision se dégrade de plus en plus avant d’atteindre la cécité totale.Mme Cassel a reçu son diagnostic en 2001, à l'âge de 26 ans. De retour aux études, cette mère de trois enfants – qui allait accueillir par la suite un autre petit garçon – a vu son état se détériorer progressivement au cours des cinq années qui ont suivi.

À l'époque, aucune possibilité de traitement ne s'offrait à elle.

« J’étais prête à faire tout ce qu’il faut », a confié Mme Cassell lors d’une conférence de presse, jeudi. Ses recherches l’ont menée à découvrir l’entreprise américaine Second Sight, qui en était à développer sa prothèse rétinienne Argus II.« Certains la surnomment l’œil bionique, explique la docteure Cynthia Qian, ophtalmologiste spécialiste en chirurgie vitréo-rétinienne. Cette prothèse peut offrir la chance d’avoir à nouveau une vision fonctionnelle. »Sans redonner une vue parfaite, l'« œil bionique » permet aux patients de distinguer à nouveau les contours et de reconnaître les formes. L’implant redonne ainsi à une personne non-voyante la possibilité de mener ses activités quotidiennes, indique le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.« Je suis maintenant capable de voir mes enfants, ou encore le piéton dans la rue. Être capable de trier mes vêtements, de déterminer la hauteur des choses », se réjouit Mme Cassell, qui ne pensait « jamais être capable de voir à nouveau ».

Une puce dans l'oeil

Développée depuis le début des années 2000, l’Argus II est faite spécifiquement pour traiter les cas de rétinite pigmentaire, comme celui de Mme Cassell, indique Dre Qian.Cette prothèse consiste en une caméra, fixée sur des lunettes, qui est connectée à une puce greffée sur la rétine de l’œil.Les images captées par la caméra sont converties en une série de pulsations électriques, qui sont transmises vers la puce. « Le but de ces pulsations est de stimuler les cellules encore vivantes dans la rétine et de contourner celles qui sont mortes », ajoute Dre Qian.

Cette opération de près de quatre heures est réservée « aux patients qui ont une perte sévère de la vision pour l’instant, mais le but est d’aider davantage de patients à l’avenir », note le docteur Flavio Rezende, ophtalmologiste chirurgien rétinologue à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, qui a réalisé l'implantation.

À la lumière de cette expérience, Dr Rezende et son équipe du Centre universitaire d’ophtalmologie de l’Université de Montréal (CUO) tentent désormais de pousser encore plus loin cette technologie. Une « deuxième génération » devrait voir le jour, en collaboration avec l’Université de Melbourne.

Sandra Cassell est la première Québécoise à s'être fait implanter un « oeil bionique ». Elle porte des lunettes auxquelles une caméra est fixée. © Fournis par CBC Sandra Cassell est la première Québécoise à s'être fait implanter un « oeil bionique ». Elle porte des lunettes auxquelles une caméra est fixée.

Une opération difficile

Avant d'être réalisée avec succès sur Sandra Cassell, cette opération a connu des complications, raconte Dr Rezende.

« La première chirurgie avait mal fonctionnée. Dans ces conditions, c’était difficile de convaincre quelqu’un d’aller de l’avant avec cette opération », soutient celui qui a consacré près de trois ans et demi de sa carrière à tenter d'amener cette technologie dans la province.

Dr Rezende s'est dit extrêmement fier du travail accompli par Mme Cassell.

Après avoir subi l'opération, en mai dernier, Sandra Cassell a dû consacrer plusieurs heures à la réhabilitation.

« C’est un long processus qui dépend beaucoup de la motivation de la personne. [...] Chaque petite amélioration représente une grande victoire », soutient Geneviève Lizé, spécialiste en activité clinique à l’Institut Nazareth et Louis-Braille, où Mme Cassell s'est rendue durant cinq mois afin de réapparendre à voir.

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est le premier centre au Québec et le deuxième au Canada à réaliser cette opération délicate, selon le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon