Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Nous avons essayé une Smart à plus de 40.000 euros

logo de Challenges Challenges il y a 2 jours Nicolas Meunier
Smart Fortwo Cabrio Brabus Tailor Made © Challenges - N. Meunier Smart Fortwo Cabrio Brabus Tailor Made

ESSAI. Avec un peu d'efforts, il est possible de faire dépasser les 40.000 € à une Smart Fortwo, la mini citadine de Daimler. A ce tarif, le cabriolet de 110 ch reçoit le traitement Brabus Tailor Made, avec coloris spécial. Un engin amusant, mais un peu fatigant.

Depuis la disparition de l'Aston Martin Cygnet, il n'y a plus plus de très petite voiture de luxe. Et pourtant, il existe un marché. Rappelons en effet que Ulrich Bez, alors patron d'Aston Martin regrettait de devoir abandonner ce modèle. La simple et bonne raison de cette retraite forcée était que Toyota — qui fournissait le modèle iQ qui servait de base — a choisi d'arrêter prématurément la carrière de sa micro citadine pour cause de mévente.

Aujourd'hui, peu de constructeurs sont capables de se lancer sur ce créneau déserté. Mini y est présent dans une certaine mesure, mais sans l'exclusivité d'une production à la carte. Seule l'éphémère série limitée "Inspired by Goodwood", conçue avec l'aide de Rolls-Royce, se distinguait avec ses matériaux sublimes. Il ne reste donc plus que Smart, avec son programme de personnalisation Brabus Tailor Made, qui permet de choisir la couleur de n'importe quel élément intérieur ou extérieur.

Combiné à la motorisation la plus puissante (le trois-cylindres essence 109 ch de la Brabus) et à la carrosserie cabriolet, on se retrouve bien vite avec la plus chère des Smart. Ainsi, la facture de notre modèle d'essai s'élevait à pas moins de 41.775 € (voir le détail dans notre encadré en bas de page) ! A ce tarif, l'auto est entièrement recouverte d'une peinture dorée métallisée (panneaux de carrosserie, cellule de sécurité Tridion, calandre et rétroviseurs) qui ne figure pas au catalogue régulier. Normal, puisqu'il est possible d'apporter un échantillon de n'importe quelle couleur, que Brabus reproduira à l'identique, en mat ou brillant. Il en va de même pour les jantes, ici peintes en noir : seul un liseré rappelle la couleur de la carrosserie.

Cuir et plastique à l'intérieur de la Smart Fortwo Brabus Tailor Made

A l'intérieur, les éléments décoratifs reprennent la teinte de la carrosserie. La sellerie, noire, est plus sobre. Elle mêle le cuir et la suédine, mais elle aurait tout aussi bien pu être choisie totalement en cuir, comme l'est la planche de bord. Et les surpiqûres sont assorties à la carrosserie. Tout cela présente bien, mais à ce tarif, on est en droit d'attendre mieux. Il subsiste en partie basse et sur les contreportes des plastiques durs qui détonnent dans cet environnement. L'Aston Martin Cygnet était plus sûrement soignée dans le moindre détail, avec ses quelques mètres carrés de cuir qui recouvraient le moindre recoin de l'habitacle. Et que dire de l'équipement : la liste d'options oublie l'accès et démarrage mains-libres, les phares à diodes, ou encore la climatisation bizone…

Bien vite, on comprend donc que dépenser autant d'argent dans une Smart Fortwo n'a rien de rationnel : cela n'en fait pas pour autant une voiture de luxe. Pour preuve, le choix des peintures et cuirs compte pour plus de 15.000 € dans le total ! Le reste des options demeure à des tarifs raisonnables. Les sièges chauffants à 270 € et l'ensemble caméra de recul et radar à 650 € n'ont en effet rien d'excessif.

Dès les premiers mètres, les derniers espoirs de raffinement s'envolent. Cette très chère Smart contient assez moyennement les vibrations de son moteur, situé juste derrière les fesses de ses passagers. L'insonorisation n'est guère meilleure : l'échappement Brabus émet un bourdonnement sourd à la limite du désagréable à bas régimes. Et la capote Tailor Made n'isole pas mieux des bruits que celle d'une Peugeot 108 Top. Là encore, vu le tarif de 1.100 €, on aurait pu espérer une toile triple épaisseur. Et les mauvais revêtements en ville ont tôt fait de chahuter les lombaires des passagers. Certes moins tape-cul que la précédente génération, elle demeure très ferme. Il faut dire que le préparateur de Bottrop a rabaissé l'assiette de 10 mm, raffermi les ressorts de 20 % et majoré la barre antiroulis de 9 %.

© Fournis par CROQUE FUTUR

Bien vite donc, on comprend qu'il faut mettre les critères rationnels de côté. La Smart Fortwo Brabus fait partie de ces rares voitures modernes aux défauts aussi évidents qu'attachants. Au départ, on imagine qu'il faudra prendre un abonnement à tarif réduit chez l'ostéopathe. Et pourtant, on s'habitue assez vite. En ville, les 170 Nm et les 109 ch suffisent à propulser cette petite auto avec une vivacité réjouissante. Surtout si on utilise la fonction "launch control" de la boîte automatique à double embrayage Getrag. Celle-ci se révèle d'ailleurs rapide et parfaitement gérée, même si elle pourrait un peu mieux s'adapter au relief. Les palettes au volant, plutôt réactives, permettent heureusement de reprendre la main à volonté. Et la consommation est correcte : 7,7 l/100 km en moyenne lors de notre essai sur tous types de route, sans ménager notre plaisir.

Un vrai jouet sur petite route

Là où cette Smart Brabus nous a réellement bluffés, c'est en dehors de la ville. La Fortwo a gagné des pneus Yokohama assez efficaces (16 pouces à l'avant, 17 pouces à l'arrière) et un ESP bien moins chatouilleux. Pour preuve, il ne s'est jamais déclenché au cours de notre essai, que ce soit sur le sec ou le mouillé. Ce n'est pas faute d'avoir bousculé l'auto sur des routes sinueuses. Preuve que l'amortissement est à peu près efficace : le comportement demeure acceptable sur route bosselée.

© Fournis par CROQUE FUTUR

S'amuser en virages demande toutefois quelques notions de conduite, puisque l'empattement très court rend les transferts de masse très sensibles. Un simple lever de pied en virage, et on sent immédiatement la Fortwo pivoter. De même, elle se déhanche assez nettement lors des forts freinages. Puis on finit par comprendre le mode d'emploi et apprivoiser les limites. L'agilité et l'adhérence sont au rendez-vous. On rentre légèrement sur les freins pour inscrire l'auto en virage, ce qui a tôt fait de faire lever la roue arrière intérieure. Puis on accélère : la Smart se pose alors sur son train arrière, qui aide l'engin à tourner grâce à un très léger patinage. Il ne reste plus qu'à débraquer. Et recommencer l'opération au prochain virage. Et se marrer. Encore et encore. Ce n'est certainement pas la plus efficace ni la plus puissante des petites sportives. Mais le plaisir est réel, quoique peu académique et il est amusant de voir la tête des propriétaires d'Audi, de BMW ou de Mini John Cooper Works, vexés de s'être faits déposer par une Smart !

Et n'oublions pas que l'auto à notre disposition était un cabriolet. De ce point de vue, peu de citadines peuvent tomber le haut de manière aussi intégrale que la Fortwo. La partie centrale de la capote se déploie comme un toit ouvrant. Puis l'arrière peut complètement se découvrir, lunette arrière comprise. Enfin, pour avoir l'impression de conduire un vrai cabriolet, il est encore possible de retirer les arches de toit. Celles-ci se rangent dans l'épaisseur de la ridelle de coffre. L'opération réclame quelques tâtonnements au départ, mais on se rend vite compte que l'affaire est bien pensée. D'autant que les remous sont bien contenus.

© Fournis par CROQUE FUTUR

Malgré des lacunes évidentes, cette Smart Fortwo Cabrio Brabus Tailor Made nous a donc séduits. Elle est la preuve que le groupe Daimler n'a parfois aucun complexe à lancer des engins chers et à côté de la plaque, mais également attachants. A l'autre bout de l'échelle, on peut citer le Mercedes-AMG G63. Ceux qui n'ont pas envie de dépenser autant dans une Smart Fortwo peuvent toutefois se rassurer. Il est ainsi possible de profiter du comportement amusant de la Brabus dès 19.950 €. Mais il faut alors se contenter d'un toit fermé et d'une peinture non métallisée avec une cellule Tridion noire. Rouler cheveux aux vents en Smart, c'est possible à partir de 14.290 € en finition Pure, certes avec un moteur de 71 ch seulement. Et il est même possible de ne choisir que quelques éléments personnalisés. Le programme Brabus Tailor Made est ouvert dès le deuxième niveau de gamme, Passion. Aux 13.165 € de cette version, il est donc possible de n'ajouter que 3.020 € pour disposer de panneaux de carrosserie d'une couleur unique. Presque donné !

Le détail du prix de notre modèle d'essai

Base Smart Fortwo Cabrio Brabus : 23.250 €

Pack Cool & Média (écran tacile avec GPS et clim auto) : 700 €

Pack Vision (allumage auto des phares et essuie-glace, antibrouillards) : 520 €

Pack stationnement (radar et caméra) : 650 €

Système audio JBL : 600 €

Sièges chauffants : 270 €

Horloge & compte-tours : 160 €

Seuils de porte : 60 €

Alarme : 310 €

Accoudoir central : 100 €

Rétroviseur intérieur électrochrome : 125 €

Pack peinture & style (kit carrosserie, détails intérieurs Brabus, panneaux de carrosserie et détails intérieur personnalisés) : 6.050 €

Cuir Tailor Made : 4.040 €

Volant en cuir : 510 €

Capote grise Tailor Made : 1.100 €

Peinture cellule Tridion Tailor Made : 2.320 €

Peinture jantes Tailor Made : 1.010 €

smart fortwo cabrio brabus tailor made
  • Moteur vif
  • Boîte auto parfaitement gérée
  • Comportement routier étonnant
  • Style à la carte
  • Suspension très ferme
  • Insonorisation légère
  • Lacunes d'équipement et de finition
  • Addition salée
  • Agrément de conduite 4/5
  • Maniabilité 5/5
  • Confort 1/5
  • Rapport prix/équipements 1/5
  • Qualité de présentation 3/5
  • Consommation 4/5
  • Comportement routier 4/5

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Challenges.fr

image beaconimage beaconimage beacon