Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Remorquer en Nissan : le Pathfinder et l’Armada mis à l’épreuve

logo de Le Guide de L’AutoLe Guide de L’Auto 2017-07-15 Marc-André Gauthier
Jennifer McCarthy Remorquer en Nissan : le Pathfinder et l’Armada mis à l’épreuve

Nissan a eu l’idée de nous faire vivre la vie des gens riches de Toronto! Mais non, nous ne sommes pas allés dans des bars branchés, ou dans des lofts de plusieurs millions de dollars perchés dans les hauteurs des gratte-ciel. Non, nous avons vécu la vraie vie! Conduire dans le trafic pour aller dans le « Nord », dans la région de Muskoka, et une fois sur place, aller chercher notre bateau de plaisance pour l’amener au chalet.

Nous avons donc remorqué des bateaux, à l’aide de véhicules Nissan. Dans notre cas, l’exercice fut particulièrement intéressant, puisque nous n’avons pas conduit les pick-up Titan, qui étaient pourtant sur place, mais plutôt deux VUS, le Pathfinder et l’Armada.

Si plusieurs personnes ayant besoin de remorquer des bateaux se tournent vers les camionnettes, en vérité, c’est un peu comme s’attaquer à une mouche avec un bazooka. À quoi bon avoir un véhicule qui peut remorquer 13 000 livres lorsque la majorité des bateaux de plaisance pèse moins de 6 000 livres, remorque comprise?

Voici notre évaluation du Pathfinder et de l’Armada, en situation de remorquage.

Nissan Pathfinder 2017 : la surprise

On écrivait il y a quelques mois, après le lancement du véhicule, que le positionnement marketing du Pathfinder, suite à sa refonte, était plus clair. On vous vendait un VUS intermédiaire confortable sur la route, spacieux, capable de s’aventurer sur les sentiers hors route, le parfait véhicule pour les explorateurs. D’ailleurs, avec une capacité de remorquage maximale de 2 722 kg (6 000 lb), le Pathfinder, à ce chapitre, est le meilleur de sa catégorie, alors que ses rivaux sont limités, pour la plupart, à 2 268 kg (5 000 lb).

Si le Pathfinder peut être équipé d’une attache remorque, on est surpris de ne pas trouver de bouton Remorquage à l’intérieur. En effet, il ne suffit que d’attacher sa remorque, de mettre le levier de sélection de vitesse en position « D », et voilà, rien de plus compliqué.

Le comportement du Pathfinder a été une grande surprise. Jamais on ne se serait attendu à une expérience si « normale ». On ne sent à peu près pas le véhicule valser à cause du poids à l’arrière, et le V6 de 3,5 litres, qui développe 284 chevaux, travaille sans broncher.

Le secret réside dans la boîte de vitesses. Oui, c’est une boîte automatique CVT, le type de mécanisme auquel on reproche de rendre la conduite ennuyeuse, mais quand vient le temps de remorquer, wow! Terriblement efficace, elle s’occupe pratiquement de moduler la puissance à votre place. Vous n’avez qu’à maintenir votre pression sur l’accélérateur, et elle fait le reste.

Autrement dit, si vous avez moins de 2 722 kg à remorquer, le Nissan Pathfinder 2017 est vraiment intéressant.

Nissan Armada 2017 : la déception

Pour un véhicule basé sur une camionnette, on se serait attendu à une meilleure performance.

À la base, l’Armada abrite un V8 de 5,6 litres, capable de remorquer 3 836 kg (8 500 lb). Ainsi, le petit bateau que l’on voulait tirer avec le VUS n’aurait pas dû poser problème, surtout quand on considère la robustesse du châssis du véhicule. De plus, à l’intérieur, il y a un bouton Remorquage, qui indique à la boîte automatique comment se comporter.

Pourtant, sur la route, le véhicule était un peu décevant, mais le problème n’est pas au niveau du moteur. Avec 390 chevaux, l’Armada, bateau ou pas, accélère bien. Cela dit, le remorquage rend ce moteur plus gourmand que jamais. En conduite normale, on a enregistré une moyenne de 15 l/100 km; en remorquage, près de 18 l/100km.

Le problème de l’Armada se situe au niveau du châssis et des suspensions, étonnamment. Même si notre charge était légère, en bas de 2 722 kg, on sentait le véhicule sautiller, on sentait la remorque pousser la véhicule, d’une manière bien plus prononcée que lorsque nous étions au volant du Pathfinder.

Cela dit, ce n’était pas dramatique. Par déception, on veut dire que l’Armada aurait pu faire mieux, mais avec une telle capacité de remorquage, il demeure un VUS polyvalent. C’est plutôt que le Pathfinder s’est avéré être une si grande surprise, qu’il a jeté de l’ombre sur son frère.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon