Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Chuck Berry s'éteint à l'âge de 90 ans

logo de La Presse canadienneLa Presse canadienne 2017-03-19

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE
SAINT-LOUIS - Chuck Berry, un pionnier du rock & roll, dont les chansons Johnny B. Goode et Roll Over Beethoven ont grandement contribué à la popularité de ce genre musical, est décédé à l'âge de 90 ans à St. Charles County, à l'ouest de St. Louis, samedi. 

Ses compositions ont défini le côté festif et rebelle des débuts du rock.

La police locale a indiqué que les premiers secours, appelés à la rescousse vers 12 h 40, l'ont trouvé inconscient. Ils ont tenté en vain de réanimer le musicien. Son décès a été prononcé peu avant 13 h 30.

Le répertoire de base de Chuck Berry ne comptait pas moins de trois dizaines de chansons. Le guitariste-chanteur a influencé un nombre incalculable d'artistes ou de groupes, dont les Beatles et les Rolling Stones. Si Elvis Presley a donné au rock son image libidineuse, Chuck Berry, lui, était le créateur. Il a inventé un son nouveau et une façon de vivre. Bien avant l'arrivée de Bob Dylan, Chuck Berry associait un commentaire social au rythme effréené de la musique populaire.

Chuck Berry sur scène à Boston le 26 février 2012. © Josh Reynolds/AP Chuck Berry sur scène à Boston le 26 février 2012. «Il chantait de bonnes paroles, des paroles intelligentes, alors que les autres musiciens des années 1950 se contentaient de chanter 'oh bébé! Je t'aime tant'», avait déjà relaté John Lennon.

Chuck Berry n'avait pas 30 ans lorsqu'il a composé son premier succès. Ses paroles signifiaient quelque chose aux adolescents de l'époque. Des décennies plus tard, elles n'ont pas pris une ride. Sweet Little Sixteen, une ode innocente dédiée aux jeunes filles qui seront mieux connues sous l'étiquette «groupies», a bien saisi l'esprit des fans. School Day raconte les aléas d'une classe («L'Histoire américaine et les maths pratiques; on étudie fort, dans l'espoir de passer») et la liberté apportée par le rock & roll une fois la journée terminée.

Roll Over Beethoven a été un autre des hymnes immortels de l'histoire du rock tandis que Rock and Roll Music a été la chanson-modèle de bien des groupes qui ont suivi.

Back in the U.S.A. est l'hommage d'un chanteur noir à son pays à une époque où rien ne garantissait que Berry puisse être servi dans les petits restaurants et cafés qu'il a tant célébrés.

«Je ne suis pas le sujet de mes chansons. Le sujet, c'étaient les gens qui m'écoutaient», a-t-il déjà déclaré.

Chuck Berry dans un hôtel en 1958. © Michael Ochs Archives/Getty Images Chuck Berry dans un hôtel en 1958.

Sa chanson la plus connue a été Johnny B. Goode. Elle raconte l'histoire d'un guitariste campagnard à qui sa mère prédit un bel avenir. Elle est devenue l'une des chansons les plus reprises de l'histoire de la musique. Elle a été inspirée en partie par Johnny Johnson, le maître du piano boogie-woogie, qui a collaboré à maintes reprises avec le chanteur.

Mais l'histoire qu'elle relate peut autant être celle de Chuck Berry, d'Elvis Presley ou de beaucoup d'autres musiciens. Son succès commercial l'a rendue universelle. Chuck Berry pensait décrire Johnny comme un Noir, mais a changé la description pour campagnard, afin que la chanson puisse être jouée dans toutes les stations de radio et jouée par les musiciens de toutes les races.

Chuck Berry sur scène à New York en 1966. © Alice Ochs/Michael Ochs Archives/Getty Images Chuck Berry sur scène à New York en 1966. Johnny B. Goode ne pouvait être qu'un guitariste. Le son qu'il a créé, mélange de country et de rythm'n blues, a frappé plusieurs générations de musiciens, dont Keith Richards - qui a déjà reconnu tout ce qu'il lui devait -, George Harrison, Bruce Springsteen ou Pete Townshend.

Quand la NASA a lancé Voyager 1 en 1977 vers les confins de l'espace, un album a été enregistré pour expliquer la musique terrienne aux extraterrestres. La seule chanson rock: Johnny B. Goode.

Charles Edward Anderson Berry est né à St. Louis, le 18 octobre 1926. Sa mère l'a fortement encouragé pendant son enfance, lui disant qu'il sera une vedette un jour.

Il a appris à jouer la guitare à l'aide d'un manuel de Nick Manoloff. Il a été fasciné par les progressions d'accord et le rythme, se rendant compte que plusieurs chansons empruntaient sa structure à une pièce des frères Gershwin, I Got Rhythm.

Sa carrière s'est amorcée à l'âge de 16 ans. Il est monté sur scène pendant un spectacle à l'école secondaire pour chanter une version de Confessin' the Blues de Jay McShann. Il ne devait jamais oublier l'ovation qu'on lui avait décernée.

Mais ses ennuis juridiques l'ont fait dévier de son chemin. En 1944, il a été impliqué dans des vols d'auto et des vols à main armée. Il a été emprisonné pendant trois ans après été condamné à une peine de 10 ans dans une maison de correction.

Un an après sa libération, il a rencontré et épousé Themetta Suggs, qui est resté à ses côtés malgré ses infidélités. Chuck Berry a ensuite accompagné des groupes locaux.

En 1952, lors de la veille du Jour de l'An, au club Cosmopolitan d'East St. Louis, dans l'Illinois, Johnson demande à Berry de remplacer un des membres de son trio.

Trois ans plus tard, il signa chez Chess Record. Maybellene, inspirée d'un air country, s'est faufilée au palmarès national, un rare exploit pour un musicien noir à l'époque.

Ont suivi une série de succès, dont Roll Over Beethoven, School Day et Sweet Little Sixteen.

Il a ensuite enregistré Too Much Monkey Business, Nadine, No Particular Place To Go, Almost Grown et My Ding-A-Ling, qui devint son seul numéro 1 aux États-Unis, en 1972.

Chuck Berry le 14 octobre 1977. © Nury Hernandez/New York Post Archives/NYP Holdings, Inc. via Getty Images Chuck Berry le 14 octobre 1977.

Il est apparu dans une dizaine de films dans les années 1950. Keith Richards coproduisit le documentaire sur un concert célébrant le 60e anniversaire de naissance de Chuck Berry, Hail! Hail! Rock 'n' Roll. On y voyait Eric Clapton, Little Richard et Jerry Lee Lewis, qui raconta que sa propre mère lui disait que le vrai roi du rock & roll était Chuck Berry, pas lui.

Parmi les musiciens qui ont repris des chansons de Chuck Berry, notons les Beatles (Roll Over Beethoven), Emmylou Harris (You Never Can Tell) et AC/DC (School Days). La première chanson enregistrée par les Rolling Stones fut Come On, et Around and Around a longtemps fait partie de leur répertoire.

Certains l'ont trop bien repris. Les Beach Boys lui avaient emprunté la mélodie de Sweet Little Sixteen pour Surfin' U.S.A. sans en lui donner le mérite. Et Come Together des Beatles ressemblait assez à You Can't Catch Me qu'elle inspira une poursuite judiciaire. Dans le cadre d'une entente hors-cours, John Lennon accepta de jouer cette chanson sur l'album Rock n' Roll.

Berry n'a pas été à l'abri des accusations de plagiat. En 2000, Johnson a intenté des poursuites contre Berry au sujet des redevances et des crédits pour les chansons qu'ils avaient composées ensemble pendant plus de 20 ans. La poursuite a été abandonnée deux ans plus tard, mais Keith Richards est l'un de ceux qui croient que Johnson s'est fait escroquer.



Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon