Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Bombardier/Boeing: le Royaume-Uni s'implique

logo de La Presse canadienneLa Presse canadienne 2017-09-13 Lee Berthiaume
© Fournis par thecanadianpress.com

Ottawa et Londres font front commun dans le différend commercial qui oppose la multinationale québécoise Bombardier au constructeur américain Boeing, a déclaré mardi la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland.

En plus de dévoiler l'implication surprise du gouvernement britannique dans la dispute commerciale, Ottawa a mentionné avoir entamé des discussions secrètes avec Boeing.

Le gouvernement Trudeau espère ainsi convaincre Boeing d'abandonner la plainte déposée contre Bombardier auprès du département du Commerce des États-Unis.

Le constructeur américain reproche à la multinationale québécoise d'avoir vendu des appareils CSeries au transporteur aérien américain Delta Airlines à un prix plus bas que le marché, grâce aux subventions du gouvernement canadien.

Le gouvernement britannique ne se gêne pas non plus pour effectuer des activités de lobbying pour soutenir Bombardier, qui emploie 4200 personnes à son usine de Belfast, en Irlande du Nord, et exerce aussi d'autres activités au Royaume-Uni.

La première ministre britannique Theresa May a notamment eu un entretien téléphonique le 5 septembre avec le président américain Donald Trump. Tout porte à croire qu'elle abordera également l'enjeu avec le premier ministre canadien Justin Trudeau lorsqu'elle effectuera une visite officielle au Canada la semaine prochaine.

Le président des avions commerciaux de Bombardier, Fred Cromer, a salué l'implication du Royaume-Uni pour résoudre la dispute commerciale, indiquant que le coeur de l'enjeu est essentiellement de sauver des emplois et de maintenir des activités d'innovation.

Des représentants d'employés de Bombardier sont également actifs sur le terrain pour trouver une solution au différend. Jerry Dias, le président d'Unifor, le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, a notamment rencontré des représentants de Boeing à Washington mardi pour les convaincre d'abandonner la poursuite.

Publicité
Publicité
Chargement en cours...

XD Load Error

image beaconimage beaconimage beacon