Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Legault veut limiter le nombre de clients dans les magasins lors du «Boxing Day»

logo de La Presse Canadienne La Presse Canadienne 2020-11-26
© Fournis par La Presse Canadienne

QUÉBEC — Jour de magasinage effréné reconnu pour ses soldes alléchants et ses débordements de clients à l'affût de la bonne affaire à saisir, le «Boxing Day» de 2020 pourrait être bien différent des précédents.

Vu la promiscuité forcée qu'il implique, le gouvernement Legault croit nécessaire en ces temps de pandémie d'encadrer ce jour de magasinage intense, de manière à limiter le nombre de clients admis en même temps dans les magasins.

Des policiers pourraient être appelés en renfort pour s'assurer que les consignes seront suivies: deux mètres de distance entre les clients et port du masque obligatoire.

C'est ce qu'a indiqué jeudi le premier ministre François Legault, en conférence de presse, révélant avoir ces jours-ci des discussions avec les directions des centres commerciaux et des chaînes de grands magasins, de même qu'avec les corps policiers, en vue d'éviter les excès en tous genres anticipés le 26 décembre dans les établissements commerciaux.

Surtout, on voudra éviter que les grands magasins deviennent un foyer d'éclosion de la COVID-19 le lendemain de Noël.

«J'ai certaines inquiétudes» à ce propos, a dit M. Legault, s'engageant à édicter «des règles très claires» pour le «Boxing Day», jour de magasinage propice à échanger les cadeaux reçus à Noël, tout en profitant des soldes, notamment dans le rayon des appareils électroniques.

Le tour de force sera de faire en sorte que la consigne de deux mètres de distance sera toujours respectée dans les rayons des magasins, malgré les affluences records enregistrées habituellement à l'occasion du «Boxing Day».


Vidéo: Legault reconnaît que le «contrat moral» des Fêtes a changé (Le Devoir)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

«On va peut-être ajouter des mesures pour s'assurer qu'une capacité maximale, une limite maximale sur le nombre de personnes dans un magasin, et qu'il y ait des policiers qui s'assurent que ces directives-là soient suivies», a commenté le premier ministre. 

Il n'est cependant pas question, «pour l'instant», de fermer les centres commerciaux durant le temps des Fêtes, a observé le premier ministre.  

Ce dernier a aussi tenté jeudi de dissiper la confusion régnant depuis plusieurs jours à propos des règles sanitaires à observer durant le temps des Fêtes. Il a précisé que les Québécois devraient se contenter de deux rassemblements répartis sur quatre jours, entre le 24 et le 27 décembre, avec un maximum de 10 personnes.

La semaine dernière, bien des gens avaient compris qu'il était permis de festoyer pendant quatre jours, puisque les rassemblements étaient autorisés entre le 24 et le 27 décembre.

Il a soutenu que les dates annoncées demeuraient conditionnelles à l'évolution de la situation, au moment où le virus de la COVID-19 ne montre pas de signe d'essoufflement. De mercredi à jeudi, le Québec a rapporté un sommet de 1464 nouveaux cas, pour un grand total de 136 894 depuis le début de la pandémie, en mars.

«Je fais confiance aux Québécois», a-t-il répondu, quand on lui a posé une question sur le sort réservé aux contrevenants qui auraient le goût de fêter trop souvent durant cette période de réjouissances. Il n'a pas exclu qu'ils s'exposeraient à recevoir des amendes. «Quand les gens ne suivent pas les règles, il peut y avoir des conséquences», a-t-il dit.

Le premier ministre a indiqué qu'en ce domaine on parlait d'évaluer le risque, que tout n'était pas «noir ou blanc», laissant entendre que les dates annoncées pour des rassemblements pourraient encore changer. «On aura une décision à prendre», a-t-il dit, sans vouloir préciser d'échéance.

Il a estimé que le nombre d'hospitalisations reliées au virus était actuellement «sous contrôle», mais que l'augmentation observée du nombre de cas d'infections pourrait engorger les hôpitaux «dans quelques semaines», entraînant des décisions différentes. 

Au moment où tout indique qu'un vaccin sera accessible avant longtemps, le premier ministre semble s'impatienter, dans l'attente de réponses d'Ottawa. Il a dit vouloir savoir le plus tôt possible quand le Québec recevra ses doses de vaccin et combien il en recevra par semaine, pour mieux planifier la logistique nécessaire.

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne

Publicité
Publicité
Chargement en cours...

XD Load Error

image beaconimage beaconimage beacon