Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Acheter ou vendre usagé, ça rapporte!

logo de Protégez-Vous Protégez-Vous 2017-03-14 Céline Montpetit
© shutterstock.com

Les Canadiens qui ont acheté des biens de seconde main plutôt que neufs ont économisé en moyenne 843 $ en 2016.

C’est ce qu’indique le Rapport 2017 de l’Indice Kijiji de l’économie de seconde main, produit par l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’Université du Québec à Montréal. «Grâce à ce mode d’achat plus alternatif et plus responsable, les consommateurs qui achètent des biens de seconde main, surtout via des sites de petites annonces comme Kijiji, les payent 2,7 fois moins cher que s’ils les achetaient neufs, dit Fabien Durif, l’un des auteurs de l’étude. Et pour les meubles, c’est 4,3 fois moins cher.» Ceux qui leur vendent ces biens font aussi de bonnes affaires, avec des gains évalués à 1 037 $, en moyenne, par année.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs de l’OCR ont interviewé plus de 5 752 répondants entre le 17 octobre et le 4 novembre 2016, pour ensuite mesurer ce qu’ils appellent l’indice d’intensité [des pratiques de seconde main]. Ce chiffre correspond au nombre moyen de biens échangés par Canadien durant l’année 2016. L’indice national de 78 signifie donc que chaque Canadien a échangé, en moyenne, 78 biens l’an dernier. Ce sont plus de 1,9 milliard de biens qui ont ainsi bénéficié d’une seconde vie, générant des transactions estimées à 29 milliards de dollars!

Au Québec

Il semblerait que les Québécois soient moins enclins que le reste des Canadiens à participer à l’économie de seconde main. En effet, avec un indice de 67, le Québec affiche un écart de 11 points avec l’indice canadien de 78. Toutefois, les Montréalais se démarquent et «adoptent de manière grandissante ce mode de consommation, affichant un indice de 85», précise le rapport.

>> À lire aussi sur notre site: Plus de 180 façons d’échanger des biens ou des services

Que ce soit à Montréal ou ailleurs au Canada, ce sont, étonnamment, les vêtements, chaussures et articles de mode qui occupent le premier rang des biens les plus échangés. Il faut dire que «les sites comme Kijiji ont complètement remis au goût du jour le visage de l’économie de seconde main, un mode de consommation qui n’est plus désormais associé à une clientèle peu fortunée, mais qui est plutôt tendance. Elle est en progression constante depuis trois ans», précise Fabien Durif. À un point tel qu’il est même devenu socialement acceptable d’offrir en cadeau un bien de seconde main. Quelque 27 % des Canadiens affirment d’ailleurs avoir osé le faire au cours de la dernière année!

Ce qui motive les habitués du seconde main

66 % des Canadiens disent se départir de leurs biens pour se débarrasser d’objets qui ne leur sont plus utiles ou pour économiser de l’espace. Du côté des acheteurs, 73 % cherchent à faire des économies et 55 % le font pour des raisons écologiques, pour protéger l’environnement et réduire les déchets. Parmi les acheteurs les plus actifs, on distingue les «citadins astucieux», soit de «jeunes célibataires, couples et familles monoparentales actifs sur le Web, vivant surtout au Québec, et disposant d’un revenu familial moyen de 40 600 $». Malgré leur précarité financière, «ils ont une soif de vivre et savent comment tirer profit des achats de seconde main», indique le rapport.

>> Pour consulter le Rapport 2017 de l’Indice Kijiji de l’économie de seconde main

Publicité
Publicité

PLUS SUR PROTÉGEZ-VOUS

Protégez-Vous
Protégez-Vous
image beaconimage beaconimage beacon