Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Arabie et Koweït évoquent une prolongation de l'accord sur le pétrole

logo de Reuters Reuters 2017-04-20

L'Arabie saoudite et le Koweït ont clairement laissé entendre jeudi que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole s'efforçait de prolonger, au-delà du mois de juin, l'accord conclu avec des pays extérieurs à l'Opep sur une limitation de la production mondiale de pétrole.

ARABIE ET KOWEÏT ÉVOQUENT UNE PROLONGATION DE L'ACCORD SUR LE PÉTROLE © REUTERS/Sergei Karpukhin ARABIE ET KOWEÏT ÉVOQUENT UNE PROLONGATION DE L'ACCORD SUR LE PÉTROLE

L'idée d'une telle prolongation fait son chemin parmi les grands producteurs de pétrole mais aucun accord n'a pour l'instant été conclu, a dit le ministre saoudien de l'Energie en marge d'un colloque aux Emirats arabes unis.

"Un consensus est en train de se former mais ce n'est pas encore fait", a dit Khalid al Falih.

Interrogé au sujet de la Russie, pays non-membre de l'Opep participant à cet effort coordonné de réduction de la production mondiale depuis janvier, le ministre saoudien a ajouté: "Nous parlons à tous les pays. Nous ne sommes assurément pas parvenus à un accord mais le consensus est en train de se former."

Son homologue koweïtien a déclaré lors du même colloque s'attendre à une prolongation de cet accord dont la durée initiale avait été fixée à six mois.

"Nous assistons à une amélioration remarquable du respect (de l'accord) par les pays extérieurs à l'Opep qui montre l'importance d'une prolongation de cet accord", a déclaré Essam al Marzouk.

"La Russie participe depuis le début (...) Le respect par la Russie est très bon. Tout le monde va continuer au même niveau", a-t-il ajouté.

Si l'Opep et les autres producteurs décident de prolonger leur accord, ils pourraient s'entendre sur des baisses de production moins importantes en raison d'une demande qui devrait être plus forte au deuxième semestre 2017 pour des raisons saisonnières, a poursuivi le ministre koweïtien.

Cet accord, dont l'objectif est de réduire l'engorgement du marché mondial du pétrole qui pèse sur les cours, porte sur une réduction de la production mondiale de 1,8 million de barils par jour, les deux tiers de cet effort étant supportés par l'Opep.

Essam al Marzouk a déclaré que l'Opep avait la volonté d'élargir le nombre de parties prenantes à cet accord et il a évoqué l'intérêt d'un pays africain, sans le nommer.

L'Opep doit se réunir le 25 mai pour discuter d'une prolongation de l'accord.

Khalid al Falih a fait état d'un "accord initial" sur la nécessité de prolonger cet effort. Il a déclaré que les discussions se poursuivaient.

"Notre objectif, c'est le niveau des stocks. C'est le principal indicateur de succès de cette initiative", a-t-il dit.

L'Agence internationale de l'Energie (AIE) a déclaré la semaine dernière que les stocks dans les pays industrialisés étaient encore supérieurs de 10% à leur moyenne sur cinq ans, un indicateur essentiel pour l'Opep.

(Bureau Opep; Bertrand Boucey pour le service français)

Publicité
Publicité

Plus sur Reuters

image beaconimage beaconimage beacon