Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La production de pétrole des États-Unis pourrait dépasser celle de l’Arabie saoudite

logo de Le Devoir Le Devoir 2018-02-14 François Desjardins

Les États-Unis sont à un cheveu de dépasser l’Arabie saoudite en matière de production pétrolière, selon le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) qui évoque le souvenir de la poussée du pétrole de schiste observée il y a quelques années.

Pour l’ensemble de 2018, la demande mondiale sera de 98,6 millions de barils par jour. © Spencer Platt Getty Images AFP Pour l’ensemble de 2018, la demande mondiale sera de 98,6 millions de barils par jour.

Alors que le monde tente de décarboniser son économie afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES) causant les changements climatiques, les producteurs américains, qui ont réduit leurs coûts au fil des ans, viennent d’enfoncer l’accélérateur, a indiqué l’AIE dans ses documents publiés mardi.

« Au cours des 90 jours menant au mois de novembre, la production de pétrole brut a augmenté de façon colossale — 846 000 barils par jour — et elle doublera bientôt l’Arabie saoudite », a écrit l’AIE. « D’ici la fin de l’année, elle pourrait aussi supplanter la Russie pour prendre position de tête. »

L’agence regroupe 29 pays membres qui ne font pas partie de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont le Canada, les États-Unis, la Norvège, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

Dans les pays hors OPEP, la production globale va donc dépasser la demande. Les États-Unis y jouent un rôle de premier plan, et tout indique que la production américaine va poursuivre sa croissance cette année, selon l’AIE, qui mentionne l’effet stimulant des prix sur le forage et la production. De plus, l’augmentation de la production américaine pourrait même égaler la hausse mondiale de la demande.

« Au début 2018, la situation rappelle la première vague de pétrole de schiste qui, grâce à des prix élevés en début de décennie, a réalisé des gains importants au chapitre des parts de marché. Cela a éventuellement forcé un changement de politique chez les grands producteurs à l’OPEP. »

Les tensions de 2014

À l’époque, le niveau élevé des prix permettait à de nombreux producteurs de mettre en oeuvre des projets de forage jugés trop coûteux auparavant. Dans la foulée de l’accélération de la production américaine, en 2014, les cours du pétrole brut (le West Texas Intermediate) se sont effondrés. En quelques mois, ils sont passés de plus de 100 $US à 45 $US.

Face à la déprime des prix, l’Arabie saoudite avait refusé de diminuer sa production, un geste perçu par plusieurs comme une tentative visant à causer la mort des producteurs américains de pétrole de schiste, soudainement étranglés par l’effet d’une baisse des cours sur leurs activités.

Mardi, le cours du WTI, pour livraison le mois prochain, se situait à 59,19 $US. Celui du Brent, qui sert de référence à l’échelle mondiale, était de 62,77 $US.

Alors que le WTI devrait avoisiner 58 $US en 2018, par rapport à une cinquantaine de dollars l’an dernier, le Brent devrait se situer autour de 62 $US, comparativement à 54 $US en 2017, a récemment estimé l’Agence américaine de l’information de l’énergie.

Il est clair que la résurrection des prix a eu un effet stimulant sur la production de pétrole de schiste et sur la production en haute mer, a reconnu l’OPEP lundi dans son rapport pour le mois de février.

Les prévisions de croissance tablent pour cette année sur une hausse de 3,8 % du produit intérieur brut de l’ensemble des pays du monde et sur une progression semblable l’an prochain.

Les conditions du marché et la robustesse de la demande ont d’ailleurs incité l’OPEP à relever ses prévisions. Pour l’ensemble de 2018, selon l’organisme, la demande mondiale sera de 98,6 millions de barils par jour, soit 1,59 million de plus que l’an dernier, ou 1,6 %.

Publicité
Publicité

Plus de Le Devoir

image beaconimage beaconimage beacon