Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Innovation et r & d: Québec doit faire autrement

logo de La Presse canadienneLa Presse canadienne 2017-03-20 Lia Lévesque

Les récentes politiques québécoises en matière d'innovation, de recherche et de développement sont peu efficaces et mal ciblées. © Getty Images Les récentes politiques québécoises en matière d'innovation, de recherche et de développement sont peu efficaces et mal ciblées.
MONTRÉAL - Les récentes politiques québécoises en matière d'innovation, de recherche et de développement sont peu efficaces et mal ciblées. Et ce sont surtout les grandes entreprises qui en profitent.

En fait, les dépenses privées en recherche et développement ont tellement baissé depuis le sommet atteint en 2001 qu'elles sont revenues au niveau où elles étaient en 1998, indique un rapport produit par le Centre sur la productivité et la prospérité de HÉC Montréal, qui vient d'être dévoilé.

La publication de ce rapport survient alors que Québec s'apprête à dévoiler sa nouvelle Stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation.

Depuis 2000, pas moins de quatre politiques ont été consacrées à l'innovation et, pourtant, «la performance du Québec en r & d ne s'est pas améliorée», déplorent les auteurs Jonathan Deslauriers, Robert Gagné et Jonathan Paré.

Pour corriger le tir, les auteurs recommandent par exemple de laisser plus de liquidités aux PME en éliminant leur cotisation au Fonds des services de santé. Seulement 1,7 pour cent des PME bénéficient du crédit à la recherche et au développement et il faut trouver moyen d'inciter les 98,3 pour cent restantes à s'en prévaloir, plaident-ils dans leur rapport intitulé «Des solutions pour stimuler l'innovation au Québec».

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon