Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Des primes d'assurance plus élevées à cause des catastrophes naturelles

logo de ici.radio-canada.caici.radio-canada.ca 2017-07-12
Des primes d'assurance plus élevées à cause des catastrophes naturelles© Mike Zimmer Des primes d'assurance plus élevées à cause des catastrophes naturelles

Les résidents de la Colombie-Britannique et de l'Alberta risquent de payer plus cher leurs primes d'assurance à la suite de catastrophes naturelles comme les feux de forêt et les inondations, selon le Bureau d'assurance du Canada (BAC).

Étant donné que les deux provinces de l'Ouest ont été secouées par des catastrophes naturelles à répétition ces dernières années, le BAC est certain que les primes d'assurance augmenteront. En effet, les compagnies d'assurances établissent leurs taux en fonction des régions et des tendances qui se dessinent. Par contre, ces augmentations, précise Craig Stewart, vice-président des affaires fédérales au BAC, sont difficiles à prévoir, car elles dépendront de chaque assureur.

« Aucun évènement isolé ne peut être attribué au changement climatique, mais le fait que nous ayons une hausse de phénomènes météorologiques extrêmes à travers le Canada correspond au modèle de prévision. [Par conséquent], la probabilité d'évènements futurs est grande », explique Craig Stewart.

Au cours des derniers jours, plus de 14 000 Britanno-Colombiens ont été forcés de quitter leurs maisons à cause des feux de forêt. Les propriétés ainsi que les entreprises sont parties en fumée, et des communautés entières ont été détruites. En mai, une grande partie de l'intérieur de la province a été durement touchée par les inondations. Et là aussi, il y a eu des évacuations. Ces catastrophes ont coûté aux assureurs des milliards de dollars en réclamations des propriétaires qui ont tout perdu. En Alberta, les incendies de forêt à Fort McMurray, en mai 2016, ont coûté aux entreprises plus de 3,5 milliards de dollars.

Une meilleure sensibilisation au danger

M. Stewart estime qu'il faudra des mois avant d'évaluer le coût total des pertes en Colombie-Britannique. Mais à l'avenir, il pense que les autorités peuvent en faire davantage pour aider les résidents à se protéger. Généralement, en ce qui concerne le risque d'inondation ou d'incendie, Craig Stewart affirme que beaucoup de gens sont plus sujets à être touchés qu'ils ne le pensent. « Si vous vivez dans une zone forestière sèche, vous pouvez prendre de meilleures mesures pour vous protéger [en commençant par] les bardeaux de votre toit jusqu'à éviter d'empiler le bois de chauffage à proximité de votre maison », cite-t-il en exemple.

Une meilleure sensibilisation au danger

M. Stewart estime qu'il faudra des mois avant d'évaluer le coût total des pertes en Colombie-Britannique. Mais à l'avenir, il pense que les autorités peuvent en faire davantage pour aider les résidents à se protéger. Généralement, en ce qui concerne le risque d'inondation ou d'incendie, Craig Stewart affirme que beaucoup de gens sont plus sujets à être touchés qu'ils ne le pensent. « Si vous vivez dans une zone forestière sèche, vous pouvez prendre de meilleures mesures pour vous protéger [en commençant par] les bardeaux de votre toit jusqu'à éviter d'empiler le bois de chauffage à proximité de votre maison », cite-t-il en exemple.

Et tous ceux qui ont des questions sur leur programme d'assurance à la suite des incendies de forêt peuvent appeler le Bureau d'assurance du Canada au 1-844-2ask-IBC ou envoyer un courriel à : askibcwest@ibc.ca.

Publicité
Publicité
Chargement en cours...

XD Load Error

image beaconimage beaconimage beacon