Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Enfants et huiles essentielles: gare aux intoxications

logo de Protégez-Vous Protégez-Vous 2017-05-18 Lyne Larouche
© shutterstock.com

Même à petites doses, les huiles essentielles peuvent poser de sérieux problèmes de santé, et les intoxications surviennent surtout chez les jeunes enfants. Voici pourquoi elles peuvent s’avérer dangereuses et, surtout, quoi faire en cas d’intoxication.

Lavande, eucalyptus, romarin, citron… Les huiles essentielles sont utilisées de multiples façons. Dans le bain, en massage, en infusion, diffusées dans l’air, elles servent à apaiser, assainir l’air, lutter contre des infections ou même tonifier le corps.

Employées pour leurs bienfaits, les huiles essentielles, d’apparence inoffensive, peuvent néanmoins causer des dommages, et les tout-petits en sont les principales «victimes». Selon les données du Centre antipoison du Québec (CAPQ), 62 cas d’intoxications ont été enregistrés en 2016; 61 % d’entre eux concernent les 0-5 ans et 5 % les 6-15 ans.

La plupart de ces intoxications sont survenues après que l’enfant a voulu «goûter» le produit. «Heureusement, dans plus de 80 % des cas, les effets sont mineurs, voire nuls, indique la Dre Maude St-Onge, directrice médicale du Centre antipoison du Québec. Toutefois, il arrive parfois que des cas d’intoxications sévères nous soient signalés.»

Risques: de l’irritation des muqueuses au coma

Les huiles essentielles sont des produits concentrés; la plupart du temps, on les dilue avant de les utiliser. En raison de cette forte concentration, quelques gouttes peuvent parfois poser problème. Il est par contre difficile de détailler les effets de chacune de ces huiles, car les symptômes et la gravité de l’intoxication varient en fonction de nombreux facteurs:

• le type d’huile et ses ingrédients actifs;

• la voie d’exposition (ingestion, inhalation, contact direct);

• la concentration du produit (souvent, les huiles pures sont davantage problématiques);

• la dose;

• la rapidité d’absorption par l’organisme.

On a pu observer néanmoins qu’en cas d’ingestion, les principaux symptômes d’intoxication sont l’irritation des muqueuses de la bouche, des nausées, des vomissements et de la diarrhée.

Il est reconnu également que les huiles d’armoise, de clou de girofle, d’eucalyptus, de fenouil, de menthe pouliot, de thuya, de sauge et de romarin (qui contient notamment du camphre) peuvent provoquer des convulsions. «Plusieurs huiles essentielles sont aussi associées à de la somnolence pouvant aller jusqu'au coma. D’autres peuvent atteindre les reins, le foie ou le sang», ajoute la Dre St-Onge. En cas d’exposition, quelle qu’elle soit, contactez le Centre antipoison du Québec pour connaître la marche à suivre.

>> À lire aussi sur notre site: Comment s'y retrouver parmi les produits naturels?

Intoxications les plus courantes chez les enfants

Les produits le plus souvent en cause lors d’intoxication involontaire chez les jeunes enfants (0-5 ans) sont, à parts égales, les médicaments (acétaminophène et médicaments contre le rhume) et les produits domestiques (détergents, cosmétiques, produits d’hygiène, etc.).

Que faire si votre enfant a ingéré un produit dangereux?

 

• Téléphonez immédiatement au Centre antipoison du Québec, au 1 800 463-5060 (service d’urgence 24 h/24). Si vous n’avez pas le numéro sous la main, téléphonez au 811 et on vous mettra en contact avec le CAPQ.

• Rincez et nettoyez la bouche de l’enfant.

• Ne le faites pas vomir et ne lui administrez pas un antidote pour neutraliser le produit (comme du lait ou du charbon activé).

• Appelez le 911 si l’enfant est inconscient, s’il a des problèmes respiratoires ou des convulsions, ou s’il a de la difficulté à avaler.

• Si possible, ayez en main le contenant original du produit afin d’orienter les services d’urgence.

Comment prévenir les intoxications chez les enfants?

• Ne placez pas de diffuseur d’huiles essentielles à la portée des enfants.

• Respectez les consignes de conservation du produit, par exemple à l’abri de l’air et de la lumière.

• Évitez d’acheter des produits dont les ingrédients ne sont pas détaillés.

• Ne parlez pas d’un médicament comme s’il s’agissait d’un bonbon.

• Évitez d’ouvrir un contenant de médicament devant l’enfant.

• Conservez tous les produits dangereux (médicaments, détergents, etc.) dans leur contenant original et gardez-les hors de la portée des enfants, idéalement dans un meuble fermé. Cela vaut aussi pour ceux munis d’un couvercle protège-enfant.

Ressources utiles

Centre antipoison du Québec

Santé Canada, Sécurité des produits de consommation

Publicité
Publicité

Plus sur Protégez-Vous

image beaconimage beaconimage beacon