Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Québec veut l’aide du privé pour réduire les listes d’attentes en radiologie

Pour s’attaquer aux listes d’attente gonflées par les délestages, Québec est sur le point de confier à des cliniques de radiologie privées le mandat de réaliser des milliers de scans et d’imagerie par résonance magnétique (IRM). Ces ententes de services, qui toucheraient six ou sept CISSS et CIUSSS du Québec, s’inspirent directement de celles qui ont été conclues ces derniers mois avec des cliniques de chirurgies privées pour minimiser les répercussions sur les patients du délestage effectué dans le réseau de la santé pendant la pandémie. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a confirmé au Devoir que certains établissements étaient autorisés à aller de l’avant pour faire tandem avec des laboratoires d’imagerie médicale (LIM), « compte tenu de leur situation spécifique. » Les négociations sur les tarifs n’étant pas encore scellées, le MSSS a refusé de dévoiler le nombre et les noms des établissements concernés. Chose certaine, depuis novembre, plusieurs CISSS et CIUSSS pressent le MSSS de leur donner le feu vert pour éviter une dégradation de la situation liée aux attentes indues vécues par de nombreux patients pour passer un test d’imagerie. Selon de nombreux médecins, l’accès réduit aux plateaux techniques d’imagerie dans les hôpitaux continue d’affecter leur capacité à établir des diagnostics, à prescrire des traitements ou à effectuer des suivis.

VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE

image beaconimage beaconimage beacon