Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Nouveau record de froid : peut-on vivre à -98 °C ?

logo de MétéoMédia MétéoMédia 2018-10-09 MétéoMédia
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

À lire également : Floride: des milliers de CARCASSES s'échouent sur les plages

En 1983, la station russe de Vostok avait enregistré un mercure de -89 °C, près de 10 °C de moins que le nouveau record. La raison de cet écart ? Les premiers relevés ont été effectué à 3,5 km du niveau de la mer, tandis que les seconds au sommet. 

Il n'existe aucune station météorologique au sommet de la calotte polaire puisque personne ne peut s'y rendre pour prendre des mesures en plein hiver. Des satellites ont donc été nécessaires pour enregistrer ce nouveau record. 

© Fournis par Météo Média

Des conditions météorologiques spécifiques ont dû être présentes. Dans un premier temps, un ciel dégagé et un vent faible (voire nul) sont nécessaires. Il faut également un air sec, pour ne pas que la vapeur d'eau piège les rayonnements solaires et " réchauffe " la zone. 

À voir également : à -70 °C, toutes les expériences sont bonnes à essayer !

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Peut-on vivre avec des températures pareilles ? 

Entre -89 °C et -98 °C, il n'y a pas de différences sur les humains : on a énormément de difficulté à respirer... Au point de risquer des hémorragies pulmonaires. Lorsque les scientifiques russes ont consulté le relevé de la station météorologique en 1983, ils ont dû porter des masques qui réchauffent l'air pour ne pas risquer de se blesser : la gorge ou les poumons auraient pu se geler lors des inspirations. 

Une équipe de 13 scientifiques demeurent dans la station Concordia, dans un isolement quasi-total, en plein hiver austral. Le but ? En connaître davantage sur l'Antarctique, sur le climat, la glace, les changements climatiques, etc... Mais aussi la façon dont les humains s'adapte à un environnement aussi extrême. 

En effet, la façon dont on réagit à l'isolement et le confinement sont des facteurs à prendre en compte pour les missions spatiales de longue durée. Le stress, la cohabitation, la monotonie... Toutes les analyses sont bonnes à faire !

À VOIR ÉGALEMENT : Le cauchemar des snowbirds se concrétise

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Publicité
Publicité

Plus de MétéoMédia

image beaconimage beaconimage beacon