Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le mazout ne sera plus utilisé dans les édifices gouvernementaux québécois

logo de Radio-Canada.ca Radio-Canada.ca 2019-05-24 CBC/Radio-Canada
© gracieuseté Rodrigue Turgeon

Joignant à la parole un geste dans la lutte contre les changements climatiques, le premier ministre du Québec doit annoncer dimanche que les immeubles gouvernementaux seront sous peu chauffés et climatisés uniquement à l'électricité et non plus au mazout.

François Legault fera cette déclaration à l'occasion du conseil général de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui se tient en fin de semaine et dont le thème est l’économie verte, a confirmé en entrevue à Radio-Canada le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette.

Sans donner plus de détails, le ministre a indiqué que M. Legault devrait dans son discours donner une vision « claire » de ce qu’envisage de faire la CAQ pour protéger l’environnement.

« Le premier ministre, dimanche, à travers un discours, devrait pouvoir présenter une vision très claire aux Québécois, aux militants également, sur le chemin à parcourir et les moyens qu’on se donne pour atteindre ces objectifs », a-t-il affirmé.

« On s’est engagé à présenter un nouveau plan d’action [sur l’environnement] au tout début de 2020, qui va nous conduire jusqu’à 2030 », a-t-il aussi rappelé.

Selon lui, la « série de propositions avec des objectifs bien précis » dont les militants caquistes discuteront en fin de semaine permettra d’inspirer ce plan d’action.

M. Charette a entre autres insisté sur l’intérêt qu’ont les Québécois pour une meilleure gestion des matières résiduelles, comme le plastique à usage unique ou le verre.

Il n’a toutefois pas voulu se prononcer sur d’éventuelles mesures gouvernementales à ce sujet, dont la possibilité de mettre en place une consigne pour les bouteilles, remettant cela à l’automne prochain.

« À l’automne, on aura un grand débat sur tout ce qui est récupération, recyclage, revalorisation », a-t-il dit, indiquant que son parti veut « éviter le piège de la solution unique ».

« Il y a différentes réalités. On aura une approche pragmatique », a commenté le ministre.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon