Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Claire Eccles, pionnière de la West Coast League

logo de ici.radio-canada.caici.radio-canada.ca 2017-05-18
Claire Eccles, pionnière de la West Coast League © Darryl Dyck Claire Eccles, pionnière de la West Coast League

À 19 ans, Claire Eccles de Surrey en Colombie Britannique devient la première femme à jouer dans la West Coast League, une ligue de développement qui regroupe les meilleurs espoirs d'âge universitaire.

Quand Brad Norris-Jones, le gérant des HabourCats de Victoria, a eu besoin de sang neuf pour son équipe de la West Coast League, c'est vers l'équipe nationale féminine qu'il s'est tourné. André Lachance, gérant de l'équipe canadienne depuis 2007 n'a pas hésité à lui suggérer le nom de Claire Eccles, une spécialiste de la balle papillon.

« Je pense que c’est la bonne personne pour vivre ce moment-là. »

À 19 ans, Eccles est la première femme à jouer dans cette ligue de développement constituée de onze équipes réparties au Canada et aux États-Unis.

Pour Lachance, qui côtoie Eccles depuis quatre ans, la gauchère possède les atouts nécessaires pour aider cette équipe sur le terrain, tout comme à l’extérieur.

« Le fait qu’elle ait vécu les Jeux panaméricains en 2015 et deux Championnats du monde, je ne pense pas qu’elle sera intimidée par rapport à l’environnement et les foules de quatre à six mille spectateurs. »

La balle papillon, un atout rare

André Lachance est loin de tenir un discours utopique. Selon lui, la présence d’une femme dans les ligues majeures, ce n’est pas pour bientôt. Par contre, il reconnait que certaines joueuses peuvent avoir un réel impact sur les succès d’une équipe. Dans le cas de Claire Eccles, l’occasion est parfaite.

« À ce niveau-là, en relève, après un lanceur qui lance un peu plus fort qu’elle, je pense que ça peut peut-être déstabiliser les frappeurs de l’autre équipe pis avoir du succès de cette façon-là. »

Dans l’histoire du baseball majeur, 29 lanceurs doivent leur carrière à la balle papillon. Quatre d’entre eux ont maintenant leur place au Temple de la renommée à Cooperstown.

Présentement, seulement deux artilleurs possèdent ce lancer particulier dans leur arsenal : R.A. Dickey des Braves d’Atlanta, récipiendaire du trophée Cy-Young en 2012, et Steven Wright des Red Sox de Boston.

Une progression fulgurante

Le programme national de baseball féminin est en place depuis 2003. Pour André Lachance, la présence de Claire Eccles dans une ligue masculine en dit long sur son parcours et celui de Baseball Canada.

« On a gravi les échelons tranquillement. On est deuxièmes au monde, devant les Américaines et tout juste derrière les Japonaises. Ça montre qu’on a atteint d’autres niveaux. »

Les HarbourCats de Victoria amorceront leur saison le 5 juin, devant leurs partisans.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon