Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Deuil national après l'attentat à Bogota

logo de Tribune de Genève Tribune de Genève 18.01.2019

Les Colombiens vont observer trois jours de deuil après l'attentat de Bogota dont le bilan est monté à 21 morts et 68 blessés vendredi.

© Fournis par Tamedia AG

Un deuil de trois jours a été décrété en Colombie après l'attentat, qui a fait 21 morts et 68 blessés jeudi à Bogota, selon un nouveau bilan de la police. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière depuis 2003 dans la capitale d'un pays peinant à sortir de plus d'un demi-siècle de conflit armé.

«Malheureusement, le bilan préliminaire est de 21 personnes décédées, dont l'auteur des faits, et de 68 blessées», a indiqué la police dans un communiqué, précisant que 58 blessés étaient sortis de l'hôpital. Le précédent bilan officiel était de 11 morts et 65 blessés.

Le chef de l'Etat Ivan Duque a décrété le deuil national, suite à cette attaque à la voiture piégée qui a visé l'école de la police nationale, dans le sud de la capitale. L'attentat a été qualifié de «misérable acte terroriste» par ce président de droite, arrivé au pouvoir en août et qui a durci la lutte contre le trafic de drogue ainsi que sa politique envers l'Armée de libération nationale (ELN), dernière guérilla de Colombie.

La vice-présidente Marta Lucia Ramirez a également condamné cet acte de «terrorisme» dans un message sur Twitter.

L'auteur de l'attaque a été identifié comme José Aldemar Rojas Rodriguez. Il est entré à 09h30 (15h30 en Suisse) dans l'enceinte de l'Ecole des officiers Général Francisco de Paula Santander, au volant d'une camionnette grise chargée de 80 kilos de pentolite, un puissant explosif, selon le procureur général Nestor Humberto Martinez.

Mort du suspect

Une source du Parquet a confirmé à l'AFP que l'homme de nationalité colombienne était mort dans l'attentat. Les autorités n'ont pas précisé s'il était lié à l'un des groupes armés illégaux qui opèrent encore en Colombie, notamment dans le narco-trafic, depuis la paix signée avec l'ex-rébellion Farc en 2016.

«Nous ne nous reposerons pas avant d'avoir capturé et présenté à la justice le reste des terroristes impliquées», a affirmé M. Duque lors d'une allocution télévisée dans la soirée, ajoutant avoir «décrété trois jours de deuil national (...) en honneur» aux familles des victimes.

L'explosion est survenue à l'issue d'une cérémonie de promotion de jeunes officiers. Il n'a pas été précisé combien de policiers figuraient parmi les victimes.

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus de Tribune de Genève

Tribune de Genève
Tribune de Genève
image beaconimage beaconimage beacon