Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Plan de relance européen: «Comme pour les vaccins, l’UE montre à nouveau toutes ses limites dans cette crise»

logo de Le Figaro Le Figaro 07.04.2021 Laurent Herblay

FIGAROVOX/TRIBUNE - Le plan de relance économique de l’Union européenne est en suspens depuis la décision de la cour de Karlsruhe de l’examiner avant la signature des États. Pour Laurent Herblay, ce ralentissement est une nouvelle preuve, après les vaccins, de l’échec de la gestion de crise européenne.

«Le plan européen, outre le fait d’être extraordinairement tardif, se révèle également être, dans les faits, incroyablement chétif». © JOHN THYS/AFP «Le plan européen, outre le fait d’être extraordinairement tardif, se révèle également être, dans les faits, incroyablement chétif».

Laurent Herblay anime le blog gaulliste libre depuis 2007.

Il n’y a pas que sur la vaccination que l’UE est en échec complet, avec à peine 15 doses administrées pour 100 personnes, contre 115 pour Israël, 50 pour la Grande Bretagne et 43 pour les États-Unis. Le mini et tardif plan de relance pourtant scellé en juillet dernier, n’a toujours pas été validé par 11 pays, dont l’Allemagne, où la Cour de Karlsruhe se met en travers du chemin. Un nouvel exemple qui montre bien qu’avec l’UE, l’union ne fait pas la force, mais complexifie, ralentit, et…affaiblit.

Coup de théâtre vendredi 26 mars: la cour de Karlsruhe, malgré le vote d’une très large majorité des élus, a décidé que le texte de loi portant sur le plan de relance européen ne devait pas être paraphé, dans l’attente d’une décision sur un recours. Pourtant Angela Merkel avait veillé à rassurer son pays en notant que le «fonds de relance est un instrument ponctuel, limité dans le temps et ses objectifs».

Problème: il manque encore la signature de 11 pays sur les 27! Au mieux, 40 milliards devaient être décaissés à la rentrée 2021. Il semble désormais possible que rien ne soit décaissé en 2021. En clair, avec l’UE, le minuscule plan de relance de la plus grave crise économique, démarrée début 2020, pourrait bien n’arriver que deux ans après le début de la crise: encore plus tardif que pour les vaccins!

En outre, il convient, encore et toujours de remettre en perspective les sommes affichées. Le cas des États-Unis permet de relativiser l’importance du plan de l’UE.

En mars 2020, un premier plan de 2200 milliards avait été mis en place. En décembre, un complément de 900 milliards avait été ajouté sur la toute fin du mandat de Donald Trump, avant que l’administration Biden ajoute 1900 milliards en mars. Washington a ainsi engagé pas moins de 5000 milliards de dollars en 2020 et en 2021 pour relancer son économie et amortir le choc de la crise.

» LIRE AUSSI - «La crise du Covid ou le début de la fin de l’Union européenne?»

Mieux, ces trois plans seront probablement dépensés avant qu’un centime du plan de l’UE ne soit décaissé. Et alors que Biden a annoncé un plan additionnel d’investissements de 2000 milliards pour les dix prochaines années, le plan européen, outre le fait d’être extraordinairement tardif, se révèle également être, dans les faits, incroyablement chétif.

Pire, les 750 milliards toujours affichés sont une présentation plus que flatteuse des choses. Dans le détail, le plan originel comportait 390 milliards de dépenses supplémentaires et 360 milliards de prêts que les pays peuvent utiliser, ou pas, sachant que les marchés prêtent à des conditions si favorables à tous les États européens actuellement qu’il n’est pas forcément intéressant d’emprunter auprès de l’UE, qui met des conditions byzantines aux prêts.

À la rentrée, dans les méandres des discussions byzantines de l’UE, la somme de 390 milliards avait été amputée de 20%, tombant à seulement 312 milliards de dépenses nouvelles. Ce montant est d’autant plus ridicule par rapport aux enjeux économiques que les 2% du PIB de l’UE sont à dépenser sur 3 ou 4 ans, quand les États-Unis ont mobilisé, en trois plans, 25% de leur PIB, qui seront dépensés en seulement 2 ans, d’ici la fin de l’année!

» LIRE AUSSI - «Le plan de relance est une nouvelle illustration du déficit démocratique de l’Union européenne»

Pour couronner le tout, dans le maelstrom kafkaïen qu’est l’UE, ces petits fonds vont nécessiter des processus ubuesques de validation… La France, qui devrait garantir environ 70 milliards du total, tout en en touchant que 40, devrait ainsi faire valider les dépenses qu’elle souhaite faire! Ne serait-il pas plus simple alors de dépenser soit même ces 40 milliards à notre guise, quitte à donner 30 milliards aux autres pays européens?

Et encore, il y a un moment, on peut se demander pourquoi notre pays devrait contribuer encore davantage à l’UE aujourd’hui, alors même que notre contribution nette ne cesse d’augmenter, et alors que nous affichons un déficit commercial de plus de 100 milliards d’euros en 2020 avec nos partenaires, qui nous vendent 50% plus de produits que nous ne leur en vendons!

Bref, comme pour les vaccins, l’UE montre à nouveau toutes ses limites dans cette crise. Alors que la crise est plus forte dans l’UE (repli du PIB de 7% contre 3% aux États-Unis comme le souligne Jacques Sapir), les pays de l’UE soutiennent bien moins leurs économies (de 4 à 10% du PIB) contre 15% en Grande-Bretagne et 25% déjà aux États-Unis. Y a-t-il un sujet sur lequel l’UE parvient à nous aider?

Publicité
Publicité

Plus d'info: le figaro.fr

image beaconimage beaconimage beacon