Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Pour Stephen Hawking, la vie après la mort n'est qu'un "conte de fées"

logo de BFMTV BFMTV 14.03.2018 Liv Audigane

Diagnostiqué de la maladie de Charcot à 22 ans et promis à une mort prématurée par les médecins, l'astrophysicien s'était exprimé à de nombreuses reprises sur la fin de vie. Il voyait le cerveau humain comme un "ordinateur", voué à s'arrêter "quand ses composants tomberont en panne". 

Relire la vidéo

Stephen Hawking n'avait pas peur de la mort, qui a pourtant fini par l'emporter ce mercredi à l'âge de 76 ans. "Cela fait 49 ans que je vis avec la perspective d'une mort prématurée", expliquait-il au Guardian en 2011.

"Je n'ai pas peur de la mort, mais je ne suis pas pressé de mourir. Il y a tant de choses que je veux faire avant", racontait l'astrophysicien au quotidien britannique.

Lorsqu'il fut diagnostiqué d'une sclérose latérale amyotrophique (aussi appelée maladie de Charcot) à l'âge de 22 ans, en 1964, les médecins lui annoncèrent qu'il n'avait plus que deux ou trois ans à vivre. Il passera pourtant les 54 années suivantes à étudier l'univers, son fonctionnement et sa création.

Un champ d'études qui l'a naturellement confronté à de nombreuses reprises au discours religieux. Malgré l'évocation de "l'esprit de Dieu" dans Une brève histoire du temps (1988), Stephen Hawking était un athée convaincu.  

"L'univers a-t-il eu besoin d'un créateur? Non. (...) Il n'est pas nécessaire d'invoquer Dieu pour activer l'univers", avançait-il ainsi dans Y a-t-il un grand architecte dans l'univers? (2009).

De ce fait, l'astrophysicien ne croyait pas non plus en la vie après la mort.

Stephen Hawking, le 23 septembre 2014 à Tenerife, en Espagne. © Desiree Martin - AFP Stephen Hawking, le 23 septembre 2014 à Tenerife, en Espagne.

"Il n'y a pas de paradis pour les ordinateurs cassés"

"Je vois le cerveau comme un ordinateur qui cessera de fonctionner quand ses composants tomberont en panne. Il n'y a pas de paradis ou de vie après la mort pour les ordinateurs cassés; c'est un conte de fées pour les gens qui ont peur du noir", affirmait-il au Guardian il y a sept ans.

Stephen Hawking s'alarmait plutôt de l'avenir du genre humain, sur Terre en particulier. "Je pense que l’espèce humaine n’a pas d’avenir si nous n’allons pas dans l’espace", expliquait-il à La Croix en 2008.

"À plus ou moins longue échéance, un désastre tel qu’une collision avec un astéroïde ou une guerre nucléaire pourrait tous nous faire disparaître", s'inquiétait-il. "Aussi j’encourage le public à s’intéresser à l’espace. Jamais mon état physique ne m’a freiné. On ne vit qu’une fois."

Le quotidien lui avait aussi demandé ce pour quoi il voulait être retenu: "J’espère que l’on se souviendra de mon travail sur les trous noirs et l’origine de l’univers. Mais, par-dessus tout, j’aimerais que mes enfants et petits-enfants se souviennent de moi comme de leur père et grand-père."

Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l'info!


Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

image beaconimage beaconimage beacon