Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Tepco jugé responsable de la catastrophe de Fukushima, pas l'Etat

logo de atsats 22.09.2017 ro
Les plaignants avaient dû quitter leur domicile en 2011 à cause du sinistre atomique provoqué par un puissant tsunami. Ils avaient intenté une action en justice contre la société Tepco et l'Etat pour préjudice moral (archives). © Fournis par ats Les plaignants avaient dû quitter leur domicile en 2011 à cause du sinistre atomique provoqué par un puissant tsunami. Ils avaient intenté une action en justice contre la société Tepco et l'Etat pour préjudice moral (archives).

La compagnie d'électricité japonaise Tepco a été vendredi jugée responsable de l'accident nucléaire de Fukushima. Un tribunal local l'a condamnée à une amende de 376 millions de yens (2,8 millions d'euros). Il a en revanche blanchi l'Etat.

Le juge Masaru Sakamoto, qui présidait la séance à la cour de Chiba (banlieue de Tokyo), a en partie tranché en faveur des 42 citoyens, mais sans accéder à leur demande de prononcer aussi la culpabilité de l'Etat, qui, selon le verdict, n'aurait pas pu éviter l'accident.

Les plaignants avaient dû quitter leur domicile en 2011 à cause du sinistre atomique provoqué par un puissant tsunami. Ils avaient intenté une action en justice contre Tokyo Electric Power (Tepco) et l'Etat, réclamant 2,8 milliards de yens (24,2 millions de francs) de dommages et intérêts pour préjudice moral. Selon un porte-parole du tribunal, ce dernier a condamné Tepco à s'acquitter d'un montant très inférieur.

Au niveau national, de nombreuses plaintes en nom collectif ont été déposées dans un total de 18 provinces du pays, émanant en tout de 12'000 citoyens.

La responsabilité de l'Etat dans le désastre de Fukushima a jusqu'à présent été reconnue une seule fois, en mars dernier, lors d'un verdict rendu par une autre cour, sur un dossier différent. Le tribunal de Maebashi, au nord de Tokyo, avait alors jugé Tepco et le gouvernement coupables de négligence.

Une étude interne à Tepco datant de 2008, révélée ultérieurement, évoquait l'hypothèse d'un tsunami d'environ 15,7 mètres, mais les dispositions face à cette menace n'avaient pas été prises. Tepco et l'Etat ont été condamnés à verser un montant total de 38,6 millions de yens.

Au total, plus de 450'000 habitants avaient fui juste après la triple catastrophe (le séisme et le tsunami où ont péri et disparu quelque 18'500 personnes, et l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima), sur ordre des autorités ou par peur de la radioactivité.

En juin a débuté à Tokyo le procès de trois ex-dirigeants de Tepco nommément renvoyés en justice pour leur responsabilité dans l'accident nucléaire. Ils sont accusés de ne pas avoir pris les dispositions qui auraient permis d'éviter les dégâts causés aux installations par le tsunami ainsi que les avaries en chaîne qui ont suivi. Le verdict n'a pas encore été rendu.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon