Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Actualité à la Une

Une sénatrice d'origine suisse en lice contre Trump

logo de 24 heures 24 heures 11.02.2019

Amy Klobuchar, sénatrice du Minnesota, s'est déclarée à son tour candidate à la Maison Blanche pour 2020. Ses racines sont helvétiques.

Amy Klobuchar a annoncé sa candidature dans son fief de Minneapolis, sous la neige. © AFP Amy Klobuchar a annoncé sa candidature dans son fief de Minneapolis, sous la neige.

Nouvelle journée, nouvelle annonce: après Elizabeth Warren la veille, une autre sénatrice américaine, Amy Klobuchar, a rejoint dimanche la cohorte de candidats démocrates qui se presse déjà sur la ligne de départ pour tenter de battre Donald Trump en novembre 2020. A 58 ans, la sénatrice du Minnesota, grand Etat rural et minier du Nord américain, a annoncé sa candidature officielle à Minneapolis, sous la neige et où les températures dépassaient à peine les -10°C.

Amy Klobuchar a un lien très étroit avec la Suisse. En effet, ses grands-parents maternels étaient des immigrants helvétiques. Margaret et Martin Heuberger étaient originaires de Suisse alémanique et leurs familles respectives sont parties s'installer dans les années 1920 du côté de Milwaukee. Son grand-père travaillait dans une fromagerie et vendait des chalets miniature.

Amy Klobuchar est en outre coprésidente du Cercle suisse des amis au Sénat américain et a récemment rencontré le ministre suisse des Affaires étrangères Ignazio Cassis lors de sa visite aux Etats-Unis.

Largement réélue pour un troisième mandat en novembre 2018 dans son Etat, la quinquagénaire y reste très populaire, y compris dans les bastions miniers qui ont basculé en faveur de Donald Trump en 2016. Un atout de poids pour elle face à ses concurrents démocrates.

Si elle apparaît plus centriste que les autres candidats déjà en lice, aimant à travailler au-delà des lignes partisanes, Amy Klobuchar n'en défend pas moins farouchement des principes très polarisants aux Etats-Unis, comme le droit à l'avortement. Et n'hésite pas à critiquer vigoureusement Donald Trump, notamment sur les défaillances du système de santé américain.

Un terrain qui penche à gauche

Ancienne procureure, petite-fille d'un mineur, elle fut la première femme élue au Sénat américain par les électeurs du Minnesota. Cordiale mais ferme, sans effets de manche, elle s'était fait remarquer lors de l'audition sénatoriale de juge conservateur controversé Brett Kavanaugh en septembre.

A un an des premières primaires pour la présidentielle, Amy Klobuchar devrait rejoindre un terrain déjà occupé par une dizaine de candidats. Ils affichent une diversité inédite, avec notamment un nombre record de femmes - trois sénatrices et une élue de la Chambre des représentants -, deux candidats noirs, un Hispanique et un jeune maire vivant ouvertement son homosexualité avec son époux.

Dans l'ensemble, ils font pencher jusqu'ici l'aiguille du parti démocrate plus à gauche que par le passé, avec des propositions progressistes comme l'introduction d'un système de santé universel. De grands noms démocrates pressentis font eux encore durer le suspense, comme l'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, ou l'ex-maire de New York et milliardaire Michael Bloomberg.

Samedi, c'est la sénatrice Elizabeth Warren, 69 ans, qui a officialisé sa candidature. Elle a dénoncé les inégalités qui plombent les travailleurs et la classe moyenne américaine face aux errements de Wall Street, et une présidence Trump qui bénéficie selon elle aux grandes fortunes.

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus de 24 heures

image beaconimage beaconimage beacon