Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Actualité à la Une

«Ces comportements sont inacceptables»

logo de 20 minutes 20 minutes 10.01.2019

Ces derniers mois, plusieurs conducteurs de Flixbus se sont fait pincer avec leur téléphone au volant. La Confédération doit agir, selon des élus.

Ces derniers temps, plusieurs lecteurs nous ont signalé le comportement dangereux de conducteurs Flixbus qui utilisent leur téléphone portable alors qu'ils sont en train de conduire. En mars dernier, un chauffeur avait ainsi été vu en train de jouer sur son natel alors qu'il reliait Munich (All) à Coire (GR). En juillet de l'an dernier, un lecteur romand avait surpris un conducteur tapant des SMS et déviant de sa trajectoire.

Giorgio Tuti, président du syndicat du personnel des transports (SEV), pense qu'il s'agit d'un problème lié au système Flixbus. «Le modèle d'affaires de cette entreprise fonctionne uniquement si elle limite ses coûts, aussi au niveau du personnel.» Une analyse effectuée par le SEV révèle ainsi que les chauffeurs français travaillant sur la ligne Constance (All)-Lyon (F) gagnent 1400 euros par mois. Le salaire de leurs collègues allemands se situe lui aussi en dessous de 2000 euros. Et en ce qui concerne la ligne Zurich-Milan, il arrive que des employés aient de très longues journées de travail, oscillant entre 12 et 14 heures. Le SEV livre l'exemple d'un conducteur qui vit dans le sud de l'Allemagne et qui a dû se rendre à Zurich pour récupérer le bus avant de commencer sa journée.

«La firme risque des accidents»

«Il est évident que cela a une incidence sur la sécurité», dénonce Giorgio Tuti, interrogé jeudi par «20 Minuten». «Avec son modèle d'affaires, Flixbus mise sur des chauffeurs dont la formation doit être évaluée de manière très critique.» Et d'ajouter: «La firme risque des accidents et fait des économies aux dépens de la sécurité en engageant des chauffeurs bon marché.» C'est pourquoi le syndicat milite pour que les standards suisses s'appliquent aussi aux courses internationales.

Contacté, Martin Mangiapia, porte-parole de Flixbus, nie tout problème de sécurité. «Les accidents graves sont très rares. La sécurité est prioritaire chez nous. Elle est garantie par des contrôles inopinés et des temps de repos ainsi que de travail clairement réglés et établis.»

«Confronter Flixbus avec les images compromettantes»

Divers politiciens suisses ne se montrent malgré tout pas convaincus. Ils demandent désormais à la Confédération d'agir. «Ces violations par les chauffeurs sont inacceptables», estime ainsi le conseiller national Manfred Bühler (UDC/BE). L'Office fédéral des transports (OFT) doit exiger de l'entreprise que ces manquements ne se reproduisent plus, affirme de son côté le conseiller national Philipp Hadorn (PS/SO): «L'OFT doit confronter Flixbus avec les images compromettantes de ses chauffeurs et demander des explications.»

L'OFT, en revanche, rappelle que Flixbus est actif dans le domaine du transport international. L'entreprise ne dispose donc d'aucune concession que la Confédération pourrait lui retirer. L'OFT explique aussi qu'il faudrait des preuves montrant que Flixbus est coresponsable. Or dans ce genre de situations, les chauffeurs sont les seuls fautifs.

Sanctions pénales

En Suisse, il est interdit d'utiliser un téléphone portable au volant. Tout conducteur pris en flagrant délit s'expose à une amende de 100 fr. «S'il s'avère que l'utilisation d'un natel est à l'origine d'une infraction plus grave, alors il peut y avoir une dénonciation à la justice», avait averti en juillet dernier Guido Bielmann, porte-parole de l'Office fédéral des routes. Pour ce qui est de la sanction vis-à-vis de l'entreprise, l'Office fédéral de la circulation avance prudemment la nécessité de distinguer le comportement des employés de celui de la société qui les salarie.

L'Office précise également que toute sanction doit être proportionnée à la faute. La police cantonale genevoise avait pour sa part expliqué que pour qu'une infraction soit poursuivie, encore faut-il qu'elle soit correctement documentée. A savoir, heure et lieu du délit. Les agents peuvent enquêter sur la base de clichés parus ou de vidéos postées sur les réseaux sociaux.

La réaction de Flixbus

Confrontée aux récents incidents impliquant des chauffeurs au volant avec leur natel, l'entreprise Flixbus prend position. «Nos conducteurs sont tenus de respecter les lois en vigueur. Cela concerne donc bien évidemment aussi l'utilisation du téléphone portable. Les divers aspects de sécurité sont par ailleurs abordés dans le cadre de formations régulières», explique le porte-parole Martin Mangiapia. Et d'ajouter: «Les violations des dispositions de sécurité ne sont tolérées en aucun cas. En règle général, lorsqu'un chauffeur se fait pincer avec un téléphone au volant, nous le sensibilisons à la thématique. Et en règle général, il reçoit un avertissement.»

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus de 20 minutes

image beaconimage beaconimage beacon