Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

«Crevasses poilues»: le chef de la gynéco dérape

logo de 20 minutes 20 minutes 10.10.2018

Lors d'une conférence ouverte au public, la «blague» d'un médecin cadre du CHUV n'a pas du tout fait rire l'assistance.

© Fournis par 20 minutes

Tout se déroulait pour le mieux lors de la leçon inaugurale du docteur Baud en juin dernier au CHUV devant un auditoire fourni. Le directeur général du centre universitaire, Pierre-François Leyvraz, et le doyen de la faculté de biologie s'étaient joints à la cérémonie organisée en l'honneur du praticien spécialisé dans la chirurgie in utero. Après la conférence dédiée au thème «soigner avant de naître», un collègue du professeur Baud a alors pris la parole et adressé à son ami une «blague» de très mauvais goût.

«Pour les gynécologues obstétriciens: méfiance aux crevasses poilues, elles sont très dangereuses!» Sur le ton de la plaisanterie, le lien entre la gynécologie et la passion de son collègue pour la montagne n'est pourtant pas passé. Grand silence dans l'auditoire qui accueillait des dizaines de personnes, dont les jeunes enfants de David Baud. Dans cette ambiance détendue et vu l'exemplarité du médecin, la direction, présente au moment des faits, n'a pas fait remonter ces propos aux RH, et ce malgré la consigne affichée par le CHUV du «tolérance zéro» dans de tels cas.

«Propos déplacés et inadéquat»

Ce n'est qu'hier, lorsque nous avons transmis la vidéo disponible en ligne au centre hospitalier afin d'identifier l'homme en question, que le médecin a été convoqué par les ressources humaines. Chef du service gynécologique de l'hôpital, il reconnaît «des propos déplacés et inadéquat» et s'excuse. Contacté hier, il promet que la lutte contre les dérapages sexistes fait partie des ses priorité dans son service.

«Ces propos vulgaires ne doivent pas se tenir», condamne pour sa part Antonio Racciatti, directeur RH de l'hôpital. «Le médecin en cause a reçu un rappel à l'ordre formel aussitôt que les faits nous ont été rapportés», indique-t-il.

Cette affaire apparaît quelques mois après la découverte d'un manuel d'anesthésie mettant inutilement en scène des femmes dénudées et des infirmières en tenue sexy. Le médecin responsable de cette publication avait été recadré et l'ouvrage sera modifié dans sa prochaine édition.

Publicité
Publicité

Plus de 20 minutes

image beaconimage beaconimage beacon