Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Actualité à la Une

«Le gamin m'a tapé sur le doigt avec un marteau»

logo de 20 minutes 20 minutes il y a 4 jours

Une dispute autour d'un accoudoir a récemment dégénéré dans un train entre Zurich et Berne. Voyageurs avinés, comportements dérangeants et manque de savoir-vivre: nos lecteurs font part de leurs expériences.

© Fournis par Tamedia AG

Parfois, il en faut peu pour perdre son sang-froid. Une scène s'étant déroulée mardi dans un Intercity entre Zurich et Berne l'illustre à merveille. Une femme et un homme ont commencé à se disputer de plus en plus violemment à cause d'un appui-bras.

Fort heureusement, ce genre de situations ne sont pas la norme et les déplacements en transports publics se déroulent le plus souvent dans le calme. Mais malgré tout, être amené à cohabiter dans un petit espace avec de parfaits inconnus peut donner lieu à des tensions.

Plusieurs lecteurs nous ont raconté leurs «mésaventures». Voici une petite compilation:

Juan Pablo, 28 ans, Bussigny (VD)

«Une fois, j'ai pris un train très tôt le matin pour aller à Genève. Très fatigué, j'ai pris place en face d'une femme travaillant dans le bâtiment et de son fils d'environ 4 ans. Je me suis endormi avec ma main posée sur la petite table près de la fenêtre quand, soudainement, je me suis réveillé d'un coup sec. Le garçon venait de me taper sur le doigt avec un marteau. J'ai crié: 'Mais t'es con ou quoi?' C'est là que la maman m'a giflé. Au lieu d'intervenir, les autres voyageurs se sont contentés de rire.»

Hamel, 34 ans, Ispach (BE)

«Je me souviens de la fois où j'ai dû prendre le train quand j'étais enceinte de 6 mois. J'ai demandé à une personne si je pouvais m'asseoir à côté d'elle. Elle a refusé parce qu'elle attendait quelqu'un. J'ai fait tout mon trajet debout et quand je suis arrivée à destination, la place en question était toujours vide. J'ai pété un câble. Peut-être que la personne croyait simplement que j'étais grosse, mais dans tous les cas c'est irrespectueux de réserver des places ou de les bloquer avec des affaires!»

Walid, 16 ans, Neuchâtel

«J'étais assis dans le IC5 à destination de Bienne quand une jeune femme s'est assise en face de moi et m'a écrasé le pied à plusieurs reprises. Après le lui avoir dit, elle a commencé à crier, s'agiter et à me taper, me griffer, etc. Je lui ai donc donné un coup de pied au niveau du bras.»

Alex, 51 ans, Ecublens (VD)

«Pourquoi certains passagers mangent dans le train tôt le matin? C'est énervant le bruit du papier, du gobelet ou du Tupperware, surtout accompagné d'une cuillère. Et je ne parle pas du pot de yaourt et les miettes...alors que chez vous, cela prend 5 minutes!»

Melizz, 30 ans, Bienne (BE)

«Je montais dans le train pour Bienne et une personne âgée squattait la place des poussettes dans le wagon famille. Comme le wagon était quasi vide, je lui ai gentiment demandé si elle pouvait avancer d'un siège avec son chien. Comme elle l'a mal pris! Elle m'a dit que son chien avait droit à sa place. J'ai essayé de lui faire comprendre que ce n'était pas la question. Tout ce que je voulais c'était m'asseoir avec mes enfants et ma poussette. Mais elle m'a hurlé dessus et n'a rien voulu entendre. Quand elle a tapé dans ma poussette, j'ai fini par l'insulter. Ma patience a aussi ses limites! Heureusement que le contrôleur a pris mon parti.»

Léo, 30 ans, Neuchâtel

«Une fois, dans l'ICN en direction de Zurich, j'ai disposé un journal sur la banquette d'en face, vide, afin d'y poser mes pieds proprement car j'avais mal aux jambes. Un type, manifestement aviné, s'est mis à m'aboyer dessus en suisse allemand. Il m'a jeté sa canette de bière à moitié pleine dessus. Je lui ai renvoyé son projectile en l'invectivant sèchement et il s'est terré dans son coin. J'ai lâché l'affaire, étant trop fatigué à ce moment-là pour entretenir cette querelle. Quelques minutes après, bougonnant et chantant à tue-tête dans son coin (il était vraiment bien gratiné), il se lève et se ramasse une énorme patate dans la tronche de la part d'un autre voyageur manifestement excédé par les élans éthyliques bruyants de ce curieux personnage... c'était assez burlesque, comme scène.»

La réaction de l'ex-régie fédérale

Contactés, les CFF expliquent ne pas avoir de statistiques sur le nombre de querelles se produisant tous les ans dans les trains. Leur porte-parole, Jean-Philippe Schmidt, souligne néanmoins: «De très rares cas de disputes peuvent se produire. Nous souhaitons que lorsqu'ils sont dans nos trains, nos clients passent un moment agréable. Notre personnel déploie quotidiennementtous ses efforts pour cette qualité de voyage.»

Publicité
Publicité

Plus de 20 minutes

image beaconimage beaconimage beacon