Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Actualité à la Une

Boucheries caillassées par les commandos «antispécistes»

logo de Tribune de Genève Tribune de Genève 17.04.2018 Thierry Mertenat
Boucheries caillassées par les commandos «antispécistes» © (Tribune de Genève) Boucheries caillassées par les commandos «antispécistes»

Trois boucheries de la place ont été vandalisées à coups de jets de pierres, entre vendredi et dimanche. Les dégâts sont importants, les auteurs courent toujours.

La cause animale avait jusqu’ici ses défenseurs; elle a maintenant ses commandos. Ils se recrutent chez ceux et celles qui militent pour la fin du spécisme, cette forme de racisme qui, à leurs yeux, considère que la vie et les intérêts des animaux peuvent être négligés simplement parce qu’ils sont d’une autre espèce. «Nous sommes tous égaux devant la mort et le bonheur», répètent en boucle les «antispécistes» quand ils descendent dans la rue pour manifester.

Tous sauf les bouchers si l’on en croit les événements récents. Depuis la fin de la semaine dernière, un traitement particulier leur est réservé chaque nuit. Enseignes caillassées et souillées à la peinture quand les gens dorment. Entre jeudi et dimanche, Rues-Basses, Champel et Grottes ont eu la visite de ces opérations coup de poing, utilisant du lourd pour exploser les vitrines des «criminels» qui vendent de la viande.

Vendredi 13, à 2h du matin, les vitrines de la Grande Boucherie du Molard volent en éclats (lire notre édition du 14 avril). Jets de pierres et autocollants appliqués sur les vitres qui tiennent encore. La police est sur place, le directeur de l’enseigne, Serge Belime, porte plainte contre inconnu, en commentant à mots choisis l’acte qu’il dénonce publiquement: «C’est bien d’avoir des convictions, mais je trouve regrettable que certains ultras utilisent des moyens de voyous pour faire passer leur message.»

Le prochain sur la liste

Son confrère sur le plateau de Champel, Christian Mansey – 32 ans de métier comme boucher indépendant – apprend la nouvelle dans la journée de vendredi et se dit qu’il sera le prochain sur la liste. Sa lucidité se confirme la nuit suivante, par un appel de la police, samedi 14 avril à 2h du matin. «Quand je suis arrivé, mon commerce était dévasté, raconte-t-il. Ils ont lancé leurs projectiles, équivalant à des boules de pétanque, en visant les cloisons au centre pour faire le maximum de dégâts.»

Deux pierres rondes ont touché les présentoirs réfrigérés à l’intérieur; une troisième a fini sa course en laissant son impact contre la porte métallique du frigidaire mural. «Heureusement pour moi, je retire chaque soir ma marchandise exposée. Je suis là chaque matin à 5h30 pour ma mise en place. Les premiers clients arrivent à 6h30.»

Nuit blanche pour le boucher

Nuit blanche pour le boucher de quartier, voisinant de surcroît depuis sept ans avec le chantier du CEVA. «J’ai dû me séparer de mon employé. Le chiffre d’affaires a baissé», explique-t-il d’une voix aimable, qui n’a rien de plaintif. Le voici désormais, après avoir déposé plainte au poste de police, en discussion quotidienne avec sa nouvelle clientèle: les agents d’assurance.

«Pour être indemnisé et faire valoir ma perte d’exploitation, il faudrait que je commence par fermer mon commerce. Et la viande dans mon frigo, j’en fais quoi?», ajoute-t-il. Terrine, pâté en croûte sur les rayons, de l’artisanat charcutier qui fait toute la différence. «Cela ne sert à rien d’agir de la sorte, chacun fait comme il veut, dans le respect de l’autre et de ses habitudes alimentaires, poursuit M. Mansey. J’ai des amis végétariens; on se voit, on s’apprécie, on mange ensemble. Je ne vais pas crever les pneus de leur voiture…»

D’une rive à l’autre

Commando à rallonge, passant d’une rive à l’autre. Dans la nuit de samedi à dimanche, au tour du boucher Eric Muller d’être visité, rue et place des Grottes. Côté rue, des projections de peinture rouge «vinasse» dégoulinant jusqu’au marbre; côté place, des autocollants dénonçant les abattoirs. Des heures de nettoyage, à gratter et laver les vitrines. «Je suis allé porter plainte dimanche au poste de Cornavin», précise le responsable de cette enseigne bien connue, fréquentée par une clientèle de tous âges qui s’arrache ses petits pâtés à la viande (oui, à la viande), notamment les jeudis, soirs de marché des Grottes.

Haine dénonciatrice

D’autres enseignes touchées? D’après nos informations, un kebab aurait également été victime des vandales antispécistes. S’ils continuent à fixer leur haine dénonciatrice sur les petits commerces, leur parcours à venir est tout tracé. Il ne reste plus en effet qu’une trentaine de bouchers indépendants sur le territoire genevois. Ils sont fiers de l’être et ne se cachent pas. Pour faire le tour des kebabs, cela prendra un peu plus de temps.

La police s’est déplacée sur chacun des lieux caillassés, repartant à chaque fois avec les projectiles retrouvés. De quoi remplir le coffre du véhicule de patrouille. Et chasser l’ADN des lanceurs. Ils opèrent en bande, avec une rapidité d’exécution qui rappelle la discipline collective des manifestations annuelles de la cause.

Discipline collective

Au milieu de l’été, entre 500 et 1000 personnes défendant la cause antispéciste avaient défilé partant de la place de la Navigation pour aller jusque sur le parvis de la cathédrale, avec la bénédiction des autorités locales. Au pas de charge, meneurs d’allure en tête, une visibilité orchestrée dans le strict respect des consignes propagandistes: le nombre fait l’image. Aujourd’hui, l’image ne suffit plus, on l’anime en passant nuitamment à l’action directe.

Publicité
Publicité

Plus de Tribune de Genève

Tribune de Genève
Tribune de Genève
image beaconimage beaconimage beacon