En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

.Actualité à la Une

Campement de gitans installé pour dix jours

logo de 24 heures 24 heures 12.08.2017 Sébastien Galliker
Campement de gitans installé pour dix jours © (24 heures) Campement de gitans installé pour dix jours

Une soixantaine de caravanes sont installées depuis jeudi, sur une parcelle entre la route cantonale et la voie CFF.

«J'aurais préféré qu'ils s'en aillent directement, mais vu le nombre de caravanes et le fait qu'ils avaient déjà investi le champ, j'ai compris qu'il valait mieux négocier.» Exploitant une parcelle de 4 hectares sise sur la commune de Valbroye, Roland Rossat fait grise mine en évoquant le campement de gens du voyage qui s'est installé jeudi sur son terrain. Moyennant un contrat signé pour l'occupation de cette parcelle jusqu'au 20 août prochain, l'agriculteur a, au moins, négocié un défraiement pour les éventuels déprédations sur ce terrain herbeux.

Accord officiel

La Police cantonale confirme qu'une soixantaine de caravanes stationnera donc entre la route cantonale Lausanne-Berne et la voie CFF. Impossible de les rater pour quiconque emprunte ces deux voies de communication. Ce qui ne réjouit pas forcément le municipal Christoph Blaser, en charge notamment de la PAccolice: «Quand je suis arrivé, un contrat était déjà passé entre l'agriculteur et les gitans pour dix jours. Même si la loi stipule qu'à partir de la quatrième nuit passée sur place, l'accord de l'Exécutif est obligatoire, j'étais mis devant le fait accompli.» Avant l'accord officiel de l'Exécutif prévu lors de la séance hebdomadaire de lundi prochain, l'édile a donc pris sur lui de négocier un montant pour les taxes de séjour et un second devant couvrir les frais de location d'une benne pour les déchets et leur incinération.

Majoritairement français, les gitans étaient auparavant stationnés sur diverses places officielles en Suisse et se sont réunis pour dix jours dans la Broye. Leur future destination n'est pas connue. «Ils ont promis qu'ils rendraient le terrain en état, mais je pense qu'il faudra de toute manière le tourner après leur départ. J'espère surtout que tous les déchets seront ramassés, comme ils se sont engagés à le faire», conclut Roland Rossat.

Publicité
Publicité

Plus de 24 heures

image beaconimage beaconimage beacon