Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Il pète les plombs et boute le feu au magasin

logo de 20 minutes 20 minutes 07.11.2018

Près d'un an après le spectaculaire incendie ayant ravagé une filiale Landi de Thusis (GR), on en sait un peu plus sur les raisons ayant poussé l'apprenti à bouter le feu au magasin.

Les flammes et les colonnes de fumée noire se voyaient loin à la ronde, le 14 décembre 2017 à Thusis (GR). Un incendie s'était emparé de la filiale Landi de la petite localité grisonne.

L'auteur du feu, un ado de 17 ans qui effectuait alors sa 1re année d'apprentissage dans le magasin, devra bientôt comparaître devant le Tribunal régional d'Albula (GR). La date du procès n'a pas encore été fixée, écrit mercredi «Blick». L'audience aura lieu a huis clos.

«Son mal de tête s'est intensifié»

Reste que l'acte d'accusation déposé à l'encontre du mineur permet d'ores et déjà d'en savoir un peu plus sur le déroulement des faits le jour J. Selon le document, l'apprenti est arrivé sur son lieu de travail à 8h. C'est à 10h20 que les problèmes auraient commencé, au moment où le jeune a dû coller le prix sur les arbres de Noël en plastique. «Il avait un petit mal de tête, qui s'est soudainement intensifié à ce moment-là», peut-on lire dans l'acte d'accusation.

L'adolescent aurait alors saisi un briquet et se serait rendu au rayon des produits inflammables. Juste à ce moment précis, un client s'est approché pour lui demander où étaient les luges. L'accusé aurait alors renversé de l'huile ou de la benzine au sol avant d'y mettre le feu avec le briquet. «Il est resté debout, à environ 1,5 mètre des flammes, sans bouger. Ce n'est qu'à l'arrivée d'un autre employé qu'il a repris ses esprits.»

Risque de récidive

Lui, ses dix collègues de travail et les clients avaient tous pu sortir du magasin à temps pour se mettre en sécurité. Deux collègues avaient néanmoins subi une légère intoxication au monoxyde de carbone. Les dégâts matériels ont été évalués à 6'417'577 francs.

Selon une expertise psychiatrique, l'apprenti souffre d'un trouble du contrôle des impulsions, raison pour laquelle il a pété les plombs. L'expertise lui atteste également un fort risque de récidive. Concrètement, cela signifie que le jeune risque de commettre d'autres délits sous le coup du stress ou pour se débarrasser de ses tensions.

Juste après les faits, l'ado a passé 4 mois dans une clinique fermée. Il se trouve désormais dans un établissement ouvert durant la semaine et rentre chez lui à la maison tous les week-ends. (ofu)

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus de 20 minutes

image beaconimage beaconimage beacon