Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Il touche le social durant dix ans sous de faux noms

logo de 20 minutes 20 minutes 11.07.2018
040519LausanneManuela Alexandre reoit toutes les poursuites et amandes de son Homonyme©Julie de Tribolet: 040519 Lausanne Manuela Alexandre reoit toutes les poursuites et amandes de son Homonyme ©Julie de Tribolet © Julie de Tribolet 040519 Lausanne Manuela Alexandre reoit toutes les poursuites et amandes de son Homonyme ©Julie de Tribolet

Sans activité et sans statut légal en Suisse, un homme a réussi à tromper son monde grâce à ses talents de faussaire.

Ce sont des montants énormes qu'un homme domicilié en France a obtenus dès 2008 de l'assurance chômage et des services sociaux. Illégal et sans travail en Suisse, il a eu recours à de multiples identités, dont certaines étaient fictives. L'homme, détenu depuis octobre 2017, a aussi possédé jusqu'à trente cartes de crédit sous de faux noms, qu'il a utilisées au maximum, sachant qu'il ne rembourserait jamais. Suivant le même procédé, il a contracté des crédits à la consommation.

Ses talents de faussaire ont également servi à des comparses auxquels il a fourni des documents falsifiés pour obtenir prestations sociales, permis de séjour ou contrats de bail pour des appartements. Enfin, il a arnaqué une femme à qui il a faussement vendu un salon de coiffure afin qu'elle puisse retirer 100 000 fr. de son 2e pilier. Elle n'a jamais touché la somme convenue entre eux. Insatiable, le bonhomme a encore créé des sociétés, dans l'unique but de faire croire à l'engagement de dizaines de collaborateurs qui obtenaient ainsi des prestations de chômage et des permis de séjour. Il disposait d'une vingtaine d'adresses différentes pour son courrier postal.

Prévenu d'escroquerie par métier et de faux dans les titres notamment, l'homme a reconnu une grande partie des faits. Il a récemment sollicité sa libération sous bracelet électronique. Mais, face à un détenu aussi brillant à vivre dans la clandestinité, les juges cantonaux ont préféré prolonger sa détention. 

Publicité
Publicité

Plus de 20 minutes

image beaconimage beaconimage beacon