Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La Suisse contrainte à abandonner l’heure d’été?

logo de Le Matin Le Matin 10.08.2018 Michel Pralong

L’Union européenne a lancé une vaste consultation pour savoir s’il fallait arrêter de changer d’heure. Si la réponse est oui, notre pays n'aurait guère le choix et devrait suivre. Sans avoir été consulté.

Réveil matin © oatawa Réveil matin

Etes-vous pour ou contre l’heure d’été? Suite à plusieurs demandes émanant de citoyens, du Parlement européen et de plusieurs de ses Etats membres, notamment de la Finlande, l’Union européenne a lancé le 4 juillet une vaste consultation publique. Tous les habitants de l’UE peuvent remplir ce questionnaire. L’enquête se terminera jeudi 16 août.

Des réponses obtenues dépendra la survie ou non du passage à l’heure d’été. Ce qui est sûr, c’est que la décision sera appliquée dans l’ensemble des Etats de l’Union européenne. Et la Suisse? Elle sera bien forcée de suivre et ceci sans que ses citoyens aient pu être entendus. Ils ne peuvent en effet pas répondre au questionnaire et, comme nous le confirme l’Institut fédéral de métrologie METAS, aucune consultation sur le sujet n’a été prévue en Suisse. Comme le souligne son chef d’état-major Jürg Niederhauser, «Au cas où l'UE déciderait de supprimer le passage à l'heure d'été, le Conseil fédéral disposerait des bases légales pour supprimer l'Ordonnance relative et, par conséquent, supprimer elle aussi le passage à l'heure d'été.» L’article 1 de cette ordonnance est très clair: il stipule qu'«En Suisse, l’heure d’été est fixée pour la même période qu’au sein de l’Union européenne.»

Un îlot de temps en 1980

Cela n’a pas toujours été le cas. Instaurée en France et en Italie par exemple dès 1976, pour faire des économies suite au choc pétrolier de 1973, l’heure d’été a été généralisée aux pays de l’Union européenne en 1980. Mais la Suisse n’a pas suivi et, l’été cette année-là, elle s’est retrouvée avec une heure différente de celle de tous ses voisins. C’est pour ne pas demeurer un «îlot de temps» qu’elle s’y est mise dès 1981.

Des avantages remis en question

Aujourd’hui, la Commission européenne avance plusieurs arguments pour remettre en question l’heure d’été: les économies d’énergie, pourtant à l’origine d’une telle mesure, ne sont aujourd’hui que marginales. Du point de vue de la santé, si l’heure d’été permet de faire davantage d’activités en plein air, l’effet du changement d’heure entraînerait, selon des études, des effets néfastes sur le biorythme humain, En revanche, le biorythme des animaux d’élevage, qui a suscité de nombreuses craintes des agriculteurs au début du passage à l’heure d’été, ne serait que peu affecté en raison notamment de l’installation d’éclairages artificiels et de technologies automatisées.

Alors, pour ou contre l’heure d’été? Sur cette question, la Suisse, grand pays d’horlogerie, ne pourra de toutes façons pas faire autrement que de régler ses pendules sur celles de ses voisins.

Publicité
Publicité

Plus de Le Matin

image beaconimage beaconimage beacon