Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Patiente abusée à l'hôpital: médecin sous enquête

logo de 24 heures 24 heures 17.05.2018
Patiente abusée à l'hôpital: médecin sous enquête © (ats) Patiente abusée à l'hôpital: médecin sous enquête

Une jeune fille de 18 ans placée à Belle-Idée avait été agressée en 2013 par un autre pensionnaire. Une psychiatre est mise en cause.

A Genève, une psychiatre se retrouve sous enquête suite à l'agression sexuelle d'une patiente handicapée mentale hospitalisée à Belle-Idée par un autre patient. Cette doctoresse a été mise en prévention pour avoir exposé par dol éventuel la jeune fille à un danger grave et imminent.

«Prononcée plus de cinq ans après les faits, cette mise en prévention marque enfin le début d'une instruction qui devra permettre d'établir comment une erreur aussi grave a pu être commise», ont indiqué jeudi à l'ats les avocats de la plaignante, Romain Jordan et Annette Micucci. Ils confirmaient une information de la «Tribune de Genève».

En janvier 2013, la médecin avait décidé de l'hospitalisation à Belle-Idée de la patiente âgée alors de 18 ans au motif que son état psychique s'était dégradé. La jeune fille avait été placée pour le week-end dans l'unité de psychiatrie générale, faute de de place dans une unité spécialisée.

Elle avait alors été agressée sexuellement par un patient schizophrène qui avait des antécédents. L'agresseur, jugé quelques mois après les faits, avait été considéré comme irresponsable. La mère de la victime a entamé une longue procédure pour que les responsabilités qui ont conduit au drame soient clairement établies.

Une autre plainte

La psychiatre, qui a été entendue par le Ministère public, conteste intégralement les charges à son encontre. «Ma cliente refuse d'être le bouc émissaire», a précisé son avocat Pierre-Damien Eggly.

Une plainte a également été déposée auprès de la commission de surveillance des professions de la santé. Cette procédure est suspendue en attendant l'issue du volet pénal.

Publicité
Publicité

Plus de 24 heures

image beaconimage beaconimage beacon