En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les autorités cantonales derrière la candidature

logo de atsats 19.06.2017 pb,vf
Le conseiller d'Etat valaisan Frédéric Favre (à g.) présente le comité politique de soutien à la candidature olympique Sion 2026 en compagnie de son homologue vaudois Philippe Leuba. Berne doit prochainement rejoindre Vaud, le Valais, Fribourg et la ville de Sion dans ce comité. © Fournis par ats Le conseiller d'Etat valaisan Frédéric Favre (à g.) présente le comité politique de soutien à la candidature olympique Sion 2026 en compagnie de son homologue vaudois Philippe Leuba. Berne doit prochainement rejoindre Vaud, le Valais, Fribourg et la ville de Sion dans ce comité.

La constitution de ce comité est une sorte de message, a déclaré lundi à Sion son président, le conseiller d'Etat valaisan Frédéric Favre. Il s'agit de montrer que les autorités politiques sont attentives. Le financement des jeux doit être acceptable pour les collectivités publiques et la population, a précisé M. Favre.

Sans initiative privée, il n'y aurait aujourd'hui pas de candidature olympique. Mais si le politique n'entre pas dans le navire, la candidature ne pourra pas être menée à terme, a déclaré M. Favre. "Les objets à mettre en votation ne se discutent pas avec un comité privé, mais avec les autorités".

La constitution de ce comité était aussi l'occasion de sortir du bois. "Des jeux olympiques ne peuvent pas être organisés sans appui des collectivités publiques", a dit Philippe Leuba, conseiller d'Etat vaudois. Ce comité politique veut être associé à l'ensemble du développement de la candidature. "On veut des jeux qui bénéficient à l'ensemble de la Suisse sur la durée", a-t-il déclaré.

Le comité politique a établi un certain nombre de conditions pour un soutien à la candidature. Utilisation des infrastructures existantes, faible impact sur l'environnement, pas de gigantisme, un financement acceptable sont les principales exigences.

Président du comité de candidature, Jean-Philippe Rochat est conscient de l'importance des collectivités publiques dans le processus. "Un tel projet doit bénéficier d'un appui populaire considérable", a-t-il dit.

Mais l'heure n'est pas encore à une campagne populaire. Le comité de candidature doit présenter le dossier de faisabilité à la Confédération pour le 31 juillet. Il doit élaborer un argumentaire en matière de durabilité dans tous les domaines. Le conseil fédéral veut pouvoir expliquer à tous les Suisses en quoi ces jeux seraient positifs pour toutes les régions, a expliqué M. Rochat.

Le budget fait partie de ce dossier. Le montant de l'ordre de 1,5 milliard de francs, hors infrastructure et sécurité, est toujours d'actualité. Quant à la notion d'"acceptable", tout dépendra où va l'argent, a dit M. Favre. "La notion d'acceptable n'est pas qu'une question de montant".

Et la part que portera la Confédération est aussi un paramètre à prendre en considération. Frédéric Favre estime qu'il est possible de prétendre à un montant supérieur au milliard de francs de la part de la Confédération.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon