En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Zurich: le plus vieux cas de gigantisme documenté chez un pharaon

logo de atsats 11.08.2017 aj,uc,pn
Les ossements attribués au pharaon Sanakht ont été retrouvés en 1901 dans la Vallée du Nil. © Fournis par ats Les ossements attribués au pharaon Sanakht ont été retrouvés en 1901 dans la Vallée du Nil.

Les géants figurent en bonne place dans les mythologies de différents peuples. Or on sait maintenant que le gigantisme résulte généralement d'une sécrétion excessive de l'hormone somatotropine pendant la période de croissance, la plupart du temps en raison d'une tumeur de l'hypophyse.

L'équipe de Francesco Galassi, de l'Université de Zurich (UZH), s'est penchée sur le cas du pharaon Sanakht, dont les restes ont été retrouvés en 1901 dans la nécropole Mastaba K2, près de Beit Khallaf, en Egypte. Son règne est mal documenté, et des doutes subsistent quant à l'attribution des ossements; il pourrait s'agir de ceux d'un haut fonctionnaire.

En tout état de cause, selon les chercheurs, les longs os des bras et des jambes indiquent clairement une taille très au-dessus de la moyenne, estimée à 1,87 mètre. Les pharaons étaient certes mieux nourris que le peuple, mais cela n'en reste pas moins inhabituel, écrivent les scientifiques zurichois.

La taille moyenne des hommes à l'époque oscillait entre 1,65 et 1,68 mètre, précise l'UZH dans un communiqué. Sanakht dépassait donc ses contemporains de 20 centimètres. Son fémur mesure 51,1 centimètres alors que la longueur moyenne était de 45,2 cm. Aucune autre momie royale égyptienne ne remplit les critères du gigantisme.

Sanakht serait donc le plus ancien cas répertorié de cette pathologie. Il ne souffrait pas d'acromégalie, ont conclu les chercheurs, vu l'absence des déformations du crâne typique de cet autre trouble hormonal. Un cas d'acromégalie vieux de 10'000 ans est documenté dans la région de l'actuel Nouveau-Mexique, aux Etats-Unis.

Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon