En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité des célébrités

Taylor Swift: «Il a touché mes fesses sous ma jupe»

logo de Le Matin Le Matin il y a 5 jours Cover Media
Taylor Swift: «Il a touché mes fesses sous ma jupe» © (Le Matin) Taylor Swift: «Il a touché mes fesses sous ma jupe»

Le procès qui oppose la chanteuse à David Mueller se poursuit. La chanteuse a raconté hier sa version des faits à la barre.

Taylor Swift a dû affronter David Mueller, qu'elle accuse de lui avoir mis la main aux fesses, jeudi dernier au tribunal de Denver (US). La chanteuse a témoigné à la barre pour donner une nouvelle fois sa version des faits.

La chanteuse insiste, l'ancien animateur radio l'a touchée de manière inappropriée. «C'était définitivement une main aux fesses, une longue main aux fesses, a-t-elle déclaré. C'était assez long pour que je sois sûre que c'était intentionnel. Il a laissé sa main sur mes fesses alors que je tentais de m'éloigner de lui, mal à l'aise. Les premières secondes, j'ai cru que c'était une erreur. Je me suis rapidement mise de côté... C'était quelque chose de vraiment choquant que je n'avais pas vécu auparavant... Il a touché mes fesses sous ma jupe. Après ça, ma personnalité a changé. J'ai juste dit d'une voix monotone, merci d'être venu et ensuite ils sont partis.»

David Mueller a attaqué Taylor Swift en justice assurant que ses «fausses» accusations lui avaient fait perdre son travail à la station de radio KYGO. De son côté, la chanteuse a contre-attaqué et elle lui réclame un dollar symbolique.

Mercredi, c'est la mère de la pop star qui témoignait à la barre. Andrea Swift n'a d'ailleurs pas pu retenir ses larmes lors de son témoignage devant les jurés. Elle a admis que penser à l'agression l'a sévèrement affecté. «J'étais bouleversée au point d'avoir envie de vomir et de pleurer au même moment. Il était impératif que nous devions le rapporter à ses employeurs», disait-elle.

Andrea Swift a également expliqué qu'elle et sa fille n'étaient pas directement allées se plaindre auprès des autorités pour éviter que l'incident ne «définisse» la vie de Taylor Swift.

Publicité
Publicité

Plus de Le Matin

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon