Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L'actualité des célébrités

EXCLU - Karin Viard : son regret de ne pas avoir su dire non face à certains hommes abusifs

logo de Gala Gala 07.11.2018 Camille Choteau
EXCLU - Karin Viard : son regret de ne pas avoir su dire non face à certains hommes abusifs © Bestimage EXCLU - Karin Viard : son regret de ne pas avoir su dire non face à certains hommes abusifs

Parmi les actrices préférées des Français, elle enchaîne les rôles avec virtuosité et ne lasse pas. A l'affiche du film Les Chatouilles, drame sur la résilience après des abus sexuels, dans les salles ce 14 novembre, Karin Viard évoque sa propre expérience face à des prédateurs...

Karin Viard, c’est un franc-parler, une nature, mais aussi une part de mystère. Régulièrement interviewée au gré de la promotion des nombreux films qu’elle tourne - elle ne s’en cache pas, elle a besoin de beaucoup travailler - l’actrice a souvent évoqué son enfance pas toujours rose. Petite fille, elle est confiée à ses grands-parents lorsque ses parents se séparent et a beaucoup souffert de ne pas avoir été regardée par son père. Un manque qui a conditionné son rapport aux hommes. “J’étais une oie blanche, j’avais une certaine naïveté, une sorte de candeur. N’ayant pas été élevée par mes parents, je n’avais jamais été regardée par mon père par exemple, je ne me suis jamais vue comme quelqu’un capable de susciter le désir.”

EXCLU - Karin Viard : son regret de ne pas avoir su dire non face à certains hommes abusifs © Bestimage EXCLU - Karin Viard : son regret de ne pas avoir su dire non face à certains hommes abusifs

Elle explique clairement que ce “déficit d’éducation” l'a rendue fragile, parfois intimidée, parfois victime d’abus sexuels: "Je suis tombée sur des prédateurs sexuels qui ont anesthésié mes sensations, et j’ai préféré “passer à la casserole” plutôt que de me rebeller parce que ça me paraissait plus simple. C’est vous dire à quel point je reviens de loin !

Même si par la suite, Karin a grandi, s’est construite, a appris à dire non, elle n’a pris conscience de l’existence de ces “prédateurs sexuels” qu’au moment de l’affaire Weinstein. “Avant cette affaire-là, je n’avais pas pris conscience qu’il y a des gens qui portent en effet en eux l’ADN du prédateur, bien que j’aie dit à mes filles “méfiez-vous, il y a des hommes qui…Un dialogue qu’elle veut le plus ouvert possible avec Marguerite, 20 ans, et Simone 18 ans, parce que, conclut-elle, “tout ça, ça s’apprend.”

Retrouvez l'intégralité de notre entretien avec Karin Viard dans le magazine Gala, en kiosque ce mercredi 7 novembre.


AUSSI SUR MSN : "Voyez comme on danse n'est pas tout à fait la suite d'Embrassez qui vous voudrez"


Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Gala.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon